Retour en Albanie : La "riviera albanaise"

Du nord de la Grèce au sud de l’Albanie…

Mercredi 3/10/2018 : Partant des environs de Sagiada, en Grèce,  nous passons à nouveau la frontière albanaise  et nous revoilà près du parc de  Butrint.

Promenade le long du canal de Vivari

Ayant déjà visité le parc de Butrint, nous faisons, cette fois, une promenade à pied sur le chemin le long du canal de Vivari. Nous allons jusqu’au château d’Ali Pacha…

Enfin, en face du château plutôt car, celui-ci étant bâti sur un îlot, on ne peut pas y aller à pied. Des barques font la navette depuis le parking face au parc.

Il reste quelques murailles mais la balade jusque là, hormis le fait qu’elle dégourdit les jambes, ne présente pas beaucoup d’intérêt…

Château d'Ali Pacha à Butrint

La route de côte

A Bunec, nous avions lu quelque-part qu’il y avait une plage « paradisiaque »…  Mais nous n’y trouvons que des débris et des constructions de bric et de broc fermées et une sorte de digue en béton à moitié détruite. Cet endroit ne nous inspire pas vraiment ! 

Nous repartons sur la route de côte en lacets.

Nous décidons d’aller à Borsh où il doit y avoir une belle plage sauvage, comme nous les aimons.

La belle plage de Borsh

Le GPS nous entraîne dans un petit chemin caillouteux et très étroit, par endroit les branchages frôlent le toit et les côtés du fourgon.

Au bout d’1km de piste, le chemin débouche tout au bout de la très longue plage de Borsh, dans un coin sauvage.

Curieusement, il s’y trouve un poste de police… Nous verrons par la suite que ce policier doit surveiller la côte car il se tient le plus souvent assis sur sa terrasse à scruter l’horizon…

Il est d’ailleurs venu nous voir pour tailler une petite bavette mais son anglais étant nul, la conversation a coupé court.

 

Plage de Borsh
Notre bivouac à Borsh

Une longue plage sauvage

  Nous décidons de rester là et nous allons nous trouver si bien que nous y resterons encore demain…

C’est une très longue plage de galets. Nous sommes installés à l’extrémité non aménagée, parmi les plantes qui poussent dans les cailloux.  Avec des trous d’eau douce où viennent boire des vaches et des troupeaux de moutons qui passeront à plusieurs reprises avec leur berger… Sympa !

Plage de Borsh
Un berger sur la plage
Un berger sur la plage
A l'abri du soleil !

Encore un château d’Ali Pacha !

-Vendredi 5/10 : Nous prenons la route jusqu’à Porto Palermo où nous visitons le château d’Ali Pacha (encore un ! )

Il a été bien conservé extérieurement… A l’intérieur les fonctions successives que l’histoire lui a fait subir ont laissé des traces (entrepôt d’armes, prison politique, stockage d’essence et d’huile pour l’armée, etc…)

La visite commentée par le gardien est assez intéressante (100leks/pers).

En revanche, le site autour est jonché de détritus et enlaidi par des bâtiments laissés à l’abandon.

Une petite anse abrite des barques et accueillent quelques baigneurs.

Château d'Ali Pacha à Porto Palermo

Des plages trop urbanisées

Nous arrivons ensuite à Himarë puis Livadhi: belles plages mais trop aménagées à notre goût…

Une crique appartenant à la fille du Premier ministre

Après Vuno, nous voulons aller au canyon de Gjipe.

Nous suivons la route (2,5kms) à une voie, toute goudronnée et bordée de réverbères jusqu’à un parking payant. Là, normalement, il faut continuer à pied pour accéder à une jolie crique mais il se met malheureusement à pleuvoir très fort. Nous rebroussons chemin…

Au fait, pourquoi une route goudronnée et éclairée pour aller à une crique alors que d’habitude il s’agit de pistes caillouteuses ? Parce que cette plage est officiellement privée et serait la propriété de la fille de l’ancien Premier ministre !

Tout est bétonné par ici !

Nous continuons jusqu’à Dermhi, là aussi, difficile d’accès, pas facile de se garer, tout est privé.

Comme il pleut, nous décidons d’aller déjeuner au restaurant. Le « Luciano » ne nous laissera pas un souvenir impérissable, ni par sa cuisine ni par son accueil.

Décidément, nous sommes plutôt déçus par cette « riviera albanaise »… Tout est hyper construit, immeubles modernes, plages privées, parkings payants, bétonnage…

Seuls deux villages ont gardé leur charme : Vuno et le vieux village de Dhermi

 

Village de Dhërmi

Le col du Llogara

Nous reprenons la route qui monte au « Llogara park » en passant par le col du Llogara à 1043 m d’altitude. Dommage qu’il pleuve !

Comment peut-on gâcher un site naturel aussi beau et sauvage ?

Avant de monter au col, au niveau de la plage de Palasas, nous voyons un grand panneau qui vante la construction d’un immense village vacances. Il est commencé depuis 2015 et financé par l’Union européenne ! 

En effet, de la route, on aperçoit bien cet immense chantier avec les toits d’une multitude bungalows serrés les uns contre les autres. Effarant !..

Nous passons ensuite à Orikum, puis nous traversons Vlorë

Grande ville mais peu de circulation. En sortant de Vlorë, la route traverse une grande pinède remplie de détritus…

Fermer le menu

Le site est encore en chantier.

Nous rapatrions petit à petit nos récits de voyage qui figurent sur les blogs:

http://un-endroit-ou-aller.over-blog.com/

http://anne-et-yannick-lamprier.over-blog.com/