Mopti, Djenné

 A Mopti, nous logeons à l’hôtel “Y’a pas de problème”, très sympathique avec un  restaurant, excellent et pas cher, sur la terrasse, très agréable.

Les chambres sont un peu déglinguées et il est situé dans le quartier “Bas fonds” mais il est toujours plein de monde.

Mopti et sa grande mosquée vues depuis le fleuve. C'est de là que l'on a le plus beau point de vue sur la mosquée

– Dimanche 24/01/10 :

D’abord, un tour au marché central

Situé près du port, il est très animé et coloré.

A l’étage, il y a des boutiques de tissus et d’artisanat où tout le monde veut nous vendre quelque-chose, comme d’habitude, en Afrique…

Grosse animation au marché couvert très coloré

Puis, nous allons visiter la vieille ville avec ses maisons en terre et sa grande mosquée.

Comme tous les bâtiments en banco (terre crue),  elle doit être recrépie régulièrement.

Dans ce but, il y a dans les rues de grands bacs remplis de glaise et d’eau croupie (à laquelle on ajoute aussi les crottes d’ânes)…

Le jour du recrépissage, tous les habitants du quartier mettent la main à la pâte !!!

Les rues de la vieille ville sont bordées de caniveaux nauséabonds...

Des femmes teignent des tissus à l’indigo…

Les tissus sont cousus serrés, ce qui leur donne un bouillonnage où le colorant n’atteindra pas la partie isolée,  permettant ainsi de créer des motifs.

Ils sont étalés tout au long de la rue puis arrosés de teinture…

Les tissus sont étendus sur toute la rue

Nous retournons vers le port …

Des petites marchandes de bijoux essaient de nous amadouer...

Sur les rives (on ne peut pas les appeler des quais) et autour du port, il y a beaucoup d’étals de toutes sortes de marchandises : quincaillerie, vêtements, outillage, sacs de beurre de karité, calebasses de toutes tailles,cordages … et des plaques de sel venues de Tombouctou en pinasse.

Des tas de marchandises de toutes sortes sont étalées sur les berges... et beaucoup d'ordures ...
Les plaques de sel en provenance de Tombouctou sont alignées sur le port . En face, on peut voir le café dont je parle un peu plus loin...
On peut même y voir des lits !

Le marché aux poissons

De l’autre côté du port, se tient un grand marché permanent qui regroupe beaucoup de stands de poissons séchés…

L’odeur y est plutôt forte ! J’y ai vu un bébé dormir sur un gros ballot rempli de poissons séchés ! Il n’est pas parfumé au BB Cadum !

Le chantier naval

Sous des halles, une sorte de chantier naval abrite des forgerons qui réparent les pinasses et fabriquent des clous et toutes sortes d’outils…

Un café bien agréable

Et, tout au bout du marché aux poissons, il y a un café avec une terrasse. C’est bien agréable de s’y prélasser un moment, car le port de Mopti est un lieu grouillant d’activités, de bruits et d’odeurs permanents…

Sans parler de la chaleur … ouf !

 

Le fleuve face à Mopti

Ce soir, nous faisons nos adieux à Alassane…

Nous allons continuer vers  Djenné et Ségou, par les transports en commun publics…

 

En route pour Djenné

– Lundi 25/01/10 :   A la gare routière, nous embarquons dans une vieille guimbarde un peu déglinguée, en compagnie de sept autres voyageurs tassés à l’arrière, le chauffeur et nous deux assis à l’avant…

Il faudra changer deux fois les bougies en cours de route mais finalement, ça roule… dans la bonne humeur…

 

Le bac sur la rivière Bani

Pour atteindre Djenné, il faut franchir la rivière Bani par un bac…

Le niveau de l’eau étant bas, il ne peut pas approcher trop près et il faut se mettre les pieds à l’eau pour monter à bord…

Mais avant, il y a plein de chevaux et charrettes à charger, ce qui n’est pas une mince affaire…

Djenné, le grand marché du lundi

Il y a foule sur la place et dans les rues autour de la mosquée.

Impossible de se frayer un passage là-dedans !
Impossible de se frayer un passage là-dedans !
Le marché se tient au pied de la grande mosquée

Et la grande mosquée

C’est le plus grand bâtiment en terre du monde, classée au Patrimoine de l’Unesco et qui attire beaucoup de touristes.

La grande mosquée de Djenné... En ce moment, elle est en réfection
Fâchés ?
Fâchés ?
Spider Man ?
Spider Man ?

Une grande unité architecturale

Djenné est une ville dont tous les bâtiments sont construits en adobe.

C’est-à-dire, à base de briques en terre découpées de forme régulière, puis maçonnées et recouvertes de banco. Ce crépi est fait de terre glaise fermentée mélangée de crottes d’âne, de son de mil, et parfois de beurre de karité.

– Mardi 26/01/10 : Balade dans les rues de Djenné et autour de la grande mosquée…

Au bord de la rivière Bani

L’après-midi, grande promenade en dehors de la ville, au bord de la rivière Bani.

Les rives sont couvertes d'ordures... cela n'empêche pas d'y faire vaisselle et lessive !
Des petits potagers sur la rive sont soigneusement cultivées.

Une grande digue relie la ville à l’autre rive, située de l’autre côté du Bani …

Vers le soir, il y a du trafic !

Nos logements

Nous logeons d’abord “Chez Baba”, où il y a beaucoup de monde…  

Ensuite, nous emménageons au “Kita Kourou”, plus calme, composé de deux chambres d’hôtes et d’un petit restaurant .

 

La plupart des visiteurs ne passent à Djenné que le lundi,  jour du grand marché.

C’est bien dommage car on peut mieux l’apprécier le reste de la semaine,  quand tout est redevenu tranquille…

Fermer le menu

 

yannick