Ségou et retour à Mopti

 

De Djenné à Ségou en bus

– Mercredi 27/01/10 : Dès 6h du matin, comme nous l’avait recommandé le vendeur de billets, nous voilà à l’endroit où nous devons  prendre le minibus pour Ségou…

Djenné s’éveille à peine…

 En fait, ce n’était pas la peine de se lever si tôt, le minibus ne partira qu’à 8h30 !

Nous reprenons le petit bac pour traverser le Bani, comme à l’aller, puis, au carrefour avec la route nationale, nous attrapons le grand bus pour Ségou. Il fait très chaud là-dedans et il s’arrête partout…

Nous arrivons à 14h à Ségou

 

Le petit bac sur le Bani

Notre hébergement à Ségou

Mr Zanké Koulibali, le propriétaire de la jolie maison rouge en banco où nous allons loger, vient nous accueillir à la gare routière.

Nous avions trouvé son adresse dans le “Natural Guide” et lui avions réservé une chambre, ce qui est indispensable car il n’a que deux chambres et les hébergements chez l’habitant ne sont pas très courants ici.

 

Une jolie maison en banco

La maison de la famille Koulibaly est située tout près du fleuve Niger et très conviviale.

Comme partout au Mali, la vie se déroule dans la cour intérieure.

C’est le salon, en quelque sorte. Nous y prenons aussi notre dîner, préparé par la maîtresse de maison

Le long du fleuve

La promenade est très agréable, ombragée par de grands arbres, les balanzans.

Les rives du fleuve sont plantées de petits jardins maraîchers séparés par des palissades faites de nattes d’osier. 

Belles poteries

Les potières de Ségou sont très réputées et elles exposent leur travail le long du fleuve.

Leurs poteries sont vraiment très belles, il y en a de toutes les tailles.

Heureusement, il y en a de toutes petites que l’on peut mettre dans le sac à dos.

petits jardins le long du fleuve. Au fond, on aperçoit la statue du général Archinard !
Le soir tombe doucement sur le fleuve Niger et les petits jardins qui le bordent...

L’atelier du bogolan

– Jeudi 28/01/10 :  Près de notre maison d’hôtes se trouve l’atelier du “bogolan” : Le coton est d’abord tissé.

Ensuite, il est teint dans des bains de plantes qui lui donnent des couleurs bien particulières puis décoré de motifs peints avec de l’argile.

“Bogolan” veut dire “teinté à l’argile”.

  Nous pouvons assister aux différentes phases de la fabrication de ces très beaux tissus aux motifs originaux.

Tissage du coton
Teinture des tissus
Séchage dans la cour
Ils font aussi des tissages mêlant raphia et coton

Flânerie dans le quartier administratif

Ce quartier, aux larges avenues calmes et bordées d’arbres, aligne ses  vieilles maisons coloniales.

Entourées de parcs luxuriants, elles sont plus ou moins bien entretenues.

Certaines sont carrément à l’abandon, d’autres sont le siège d’administrations.

Festival sur le Niger

Ici, on prépare et annonce le Festival sur le Niger.

Ainsi,  à l’entrée de ce beau bâtiment où il est indiqué “Forum, culture et développement”, il est affiché que la Foire Internationale de Segou aura lieu du 2 au 9 février 2010 sur le site du festival…

Dans le centre-ville…

Nous déambulons le long des rues commerçantes …

Une machine à coudre itinérante !
Une machine à coudre itinérante !
Métier à tisser portatif installé dans la rue
Métier à tisser portatif installé dans la rue

Le quartier des pêcheurs

Dans le vieux Ségou, se trouve le quartier des pêcheurs, les Somono, qui aligne le long du fleuve ses maisons en banco ocre.

Dans le quartier Somono
Cette pauvre vache est vraiment squelettique...
Une petite fille à l'air bien décidé !
nous ne résistons pas au plaisir de grignoter quelques frites de patates douces et petits poissons frits ...
Jolies pendeloques dans les cheveux !
Et un tout petit café-restau très sympa," le balanzan".
Sur les quais, le général supervise la vente de coca cola !
Sur les quais, le général supervise la vente de coca cola !

Le port

c'est le lieu de déchargement des pirogues qui amènent le fourrage récolté de l'autre côté du fleuve

Un festival sur le port

Et c’est aussi l’endroit où se tient, tous les ans, le Festival sur le Niger, qui attire beaucoup de monde et de musiciens.

La scène est installée à quai
Partout sur le port, des inscriptions qui parlent du festival

 

 

Fabrique de savon noir

Non loin du quai, nous passons devant une drôle de cahute.

Mais que font ces femmes ?

En nous approchant, nous découvrons qu’elles fabriquent du savon… noir !

Retour à Mopti

– Vendredi 29/01/10 : Aujourd’hui, nous retournons à Mopti… Au bout de 2 heures d’attente à la gare routière, il y a enfin un bus qui se décide à partir…

Après de nombreux arrêts, chargements et déchargements, nous arrivons à Mopti vers 18h…

Samedi sur la rive du Bani

– Samedi 30/01/10 : Le samedi matin, le long du Bani, un bras du Niger, sous les grands arbres de la grève, des femmes tiennent un petit marché.

Là, viennent s’approvisionner les habitantes des villages bozo en face…

Une pirogue bien chargée. Face à Mopti se trouvent des villages bozo.

Déchargement du sel du désert

A quelques pas de là, c’est le port et ses activités.

Nous assistons au déchargement de plaques de sel gemme du désert qui arrivent de Tombouctou à bord des grandes pinasses…

– Dimanche 31/01/10 : dernier jour au Mali, nous savourons l’ambiance de Mopti une dernière fois…

Décollage prévu cette nuit.

De tous nos voyages, ce fut l’un des plus forts, il nous laissera un souvenir impérissable…

Fermer le menu

 

yannick