Fuerteventura (suite : du 4 au 7 février 2022)

Vendredi 4 février 2022 :

Aujourd’hui, ciel couvert mais temps doux…

Balade au village d’Ajuy, sur la côte centre-ouest

Nous prenons la route FV 30 qui compte de très beaux points de vue : montagnes arrondies aux mille nuances d’ocre, petits villages agricoles, palmeraies dans les creux de vallées, cultures dans les champs bordés de murets…

Village de Toto
Paysage le long de la route FV30

Nous arrivons au petit village d’Ajuy

Le village d'Ajuy est bordé d'une plage de sable noir
la plage de sable noir d'Ajuy

 Ce village est très fréquenté car il possède une curiosité géologique :

Les grottes creusées dans la falaise : un Monument naturel

La jolie plage de sable noire est bordée de falaises creusées de grottes résultant de coulées de lave antérieures à la formation de l’île. D’un très grand intérêt géologique et paléontologique, la roche renferme des échantillons de la croute océanique vieux de 70 millions d’années, ce qui en fait un Monument naturel.

Les falaises sont creusées de grottes
Sur le sentier aménagé le long de la falaise qui mène aux grottes

Par endroit, la roche basaltique noire est entourée de roche calcaire blanche. On peut voir les restes de deux fours à chaux. Ce matériau nécessaire au blanchiment des maisons était commercialisé dans toutes les îles Canaries. Un môle et un tunnel reliaient les grottes au village. Un embarcadère servait à charger la chaux et diverses marchandises sur les bateaux qui les transportaient vers les autres îles de l’archipel.

Des escaliers permettent de descendre dans une des grottes
Par endroit, la falaise est toute blanche car recouverte de roche calcaire. Celle-ci servait à la fabrication de la chaux, d'où la présence de deux fours à chaux.
Roche blanche et sable noir se côtoient
La mer, au pied de la falaise ...
...s'engouffre dans une grotte sous-marine ...
... en formant un tourbillon, comme un lavabo qui se vide

Le village compte plusieurs restaurants au bord de mer… Nous choisissons de remonter la rue principale et de déjeuner au restaurant « La Maresia »,  situé en haut du village. Sur sa terrasse d’où l’on a vue sur mer, nous dégustons un bon poisson grillé et un dessert typique, la mousse de gofio (très bon).

Un symbole des Canaries

Le gofio est une farine faite de différentes céréales et légumineuses grillées et moulues. C’est un aliment préhispanique, d’origine berbère, devenu un symbole des îles Canaries.

Après ce bon moment, nous reprenons la route vers le sud

 En empruntant la très belle route FV605, nous traversons des paysages désertiques d’une beauté austère mais tout de même inquiétante car nous sommes à la saison des pluies, normalement … et tous les rios sont complètement à sec ..

La route FV605 traverse des paysages grandioses

Arrêt au mirador astronómico de Sicasumbre … et la route continue jusqu’à la côte sud-Ouest à La Pared.

Plages de La Pared

La falaise déchiquetée borde de belles plages de sable blanc : playa de La Pared (le Mur, en espagnol) et playa del Viejo Rey (du vieux roi)

Vent fort et mer agitée qui fait de gros rouleaux d’un beau vert profond. C’est plein de surfeurs par là…

Plage de La Pared, très appréciée des surfeurs
Et "playa del Viejo Rey"
Pour finir l’après-midi, nous décidons d’aller plus au sud et, surtout, sur une côte plus abritée

Playa Barca, près de Costa Calma, marque le début de la belle plage de Sotavento où nous étions déjà venus avant-hier (mais à l’autre extrémité).

Sotavento, est une de nos plages préférées pour sa lagune et ses bancs de sable…

Il y fait nettement plus doux que sur la côte ouest, très belle mais très ventée… On peut se baigner ici, et profiter de la fin de journée dans le calme et la sérénité !

Calme et sérénité plage de Sotavento

Samedi 5 février 2022 :

Départ pour le centre de l’île par la route FV 605, puis à Pajara, nous prenons la route FV 30. Tout au long de ces deux routes, de nombreux points de vue et paysages grandioses se déroulent.

Nous faisons plusieurs arrêts : au mirador de las Peñitas, au village de Vega de Rio Palmas, à Betancuria qui fut capitale des Canaries et de l’île jusqu’en 1834, puis au mirador Corrales de Guize

La route FV30 se déroule à flanc de colline dans un paysage aride et grandiose
Depuis le mirador de Las Peñitas, on voit le barrage de Malpaso (à sec) où verdoie une palmeraie et, tout au fond, le mont Atalayeja, encore appelé "téton de la vieille"!
Vue sur le village de Vega de Río Palmas

Betancuria, ancienne capitale fondée par Jean de Béthencourt

Betancuria, la place de l'église
Iglesia de Santa María
Retable délicatement ciselé
Panneau peint ornant le retable
Petite chaire en bois du 17ème s où sont peints les portraits des 4 évangélistes
le village de Betancuria est planté de nombreux végétaux
L'euphorbe des Canaries ressemble beaucoup à un cactus... mais n'en est pas un !

La route continue à travers des paysages arides …

Au mirador Corrales de Guize : Statues de Ayose et Guize, rois de l'ancienne Fuerteventura, avant la conquête de 1402
Valle de Santa Inés

Et nous arrivons sur la côte ouest…

… Au minuscule village de Los Molinos, un hameau d’une dizaine de petites maisons nichées au creux de la falaise.

À l’entrée du village, une rivière vient se jeter dans la mer, formant une mare où s’ébattent des canards, spectacle qui nous semble insolite ici : il y a longtemps que nous n’avons pas vu d’eau autre que la mer dans ce paysage aride.

Los Molinos et sa plage de sable noir
Le petit hameau de Los Molinos
Une maison typique du village, la simplicité même ...
La rue du village
Le sympathique restau "Casa Pon", à l'entrée du village de Los Molinos
Llanos de la Concepción

Des piscines naturelles

Après déjeuner, nous reprenons la route, mais en sens inverse. À LLanos de la Concepción, nous bifurquons pour atteindre Aguas Verdes. Il y a là quelques maisons solitaires mais aussi une plage de galets et des rochers où se sont formées des piscines naturelles où nagent plein de petits poissons.

Quelques personnes prennent le soleil sur les rochers. La mer déferle, nous sommes sur la côte ouest, la plus houleuse.

Dans les creux de rochers se sont formées des piscines naturelles
La mer s'est évaporée, du sel s'est déposé... C'est un marais salant naturel !

Et, comme d’habitude, nous finissons cette belle journée par un bain à la plage de Sotavento, du côté « Risco del Paso », aujourd’hui.

Dimanche 6 février 2022 :

Beau soleil mais, comme très souvent, beaucoup de vent… Nous décidons de rester dans le sud, aujourd’hui…

Nous allons nous balader sur la promenade qui borde la longue plage de sable noir (plutôt graviers et galets) de Tajaralejo

Une promenade borde la plage de Tajaralejo
Grand calme en cette saison ...
La sirène androgyne de Tajaralejo
 
 
Balade à La Lajita…

… joli petit centre avec petites maisons de pêcheurs. Malheureusement, il est entouré de grands complexes touristiques et d’immeubles plutôt très moches…

La Lajita, petit village tranquille en ce dimanche matin ...
Bord de mer à La Lajita

Devant la mer, un petit restau a l’air sympa mais nous avons décidé qu’aujourd’hui, nous allions déjeuner au petit restaurant de Giniginámar, le « Olas del Sur ». Nous y sommes très bien sur la terrasse au bord de la plage. Les vagues viennent lécher le bas du muret de la terrasse. C’est marée haute…

Nous voulions rester sur cette plage cet après-midi mais les graviers et galets nous font trop mal aux pieds … Je m’y baigne tout de même mais Yannick préfère aller prendre son bain plus confortablement sur notre plage habituelle de Sotavento.

 Les dunes en arrière nous offrent un abri bienvenu car aujourd’hui, le vent y souffle très fort … ce qui est rare sur cette plage orientée sud-est.

Lundi 7 février 2022 :

Dernier jour aux îles Canaries (snif !) … Le vent souffle un peu moins qu’hier. Nous continuons notre balade dans le sud …

Las Playitas

Mignon petit port avec une belle plage de sable noir…

Puis le phare de la Entallada

Il est juché en haut d’un éperon rocheux. Pour y monter, il faut emprunter une route très étroite et sinueuse qui grimpe sec…

Très belle vue de là-haut et joli phare à l’architecture originale…

Le phare de la Entallada
Il est perché sur un éperon rocheux qui domine la mer
Spectacle insolite : près de Las Playitas, un terrain de golf verdoie parmi le paysage désertique !

 

 

Petit arrêt sur le port de pêche de Gran Tarajal

 

… puis nous continuons jusqu’à Morro Jable et la plage del Matorral

Après avoir acheté des bons sandwiches dans une cafeteria du boulevard qui longe la mer, nous allons les manger sur un banc au bord de la plage. Il y fait très bon et même chaud…

Le port de pêche de Gran Tarajal
Le phare de Matorral
... Et la plage

Nous allons nous baigner vers le phare. La mer est bonne mais il y a de grosses vagues et beaucoup de vent. Ici, nudistes et gens en maillot se côtoient sans problème. C’est cool !

Après un café sur la terrasse d’un kiosque installé en haut de la plage, balade le long de l’avenue qui longe une étendue herbeuse, sorte de marécage qui sépare la plage de la zone urbaine.

Plusieurs sculptures sont disséminées le long de la très longue avenida del Saladar…

Au moment où Yannick s’apprête à les prendre en photos, voilà que l’appareil de secours se bloque. Le grand vent chargé de fines particules de sable en a envoyé dans l’objectif, et ça coince !… Pas de chance avec les appareils photo par ici ! Il sera obligé de finir avec le téléphone portable …

Plongeon
Icare
"et je reste des heures à regarder la mer..."
Sur un rond-point, à la sortie de Morro Jable... En attendant la comète !

La journée se termine à la plage de Sotavento où il n’y a pas du tout de vent aujourd’hui… mais pas d’eau non plus dans la lagune… Nous nous baignons parmi les bancs de sable puis il faut rentrer pour profiter de la dernière soirée sur notre terrasse.

Il faudra nous lever tôt demain pour aller à l’aéroport (environ 1 heure de route) et rendre la voiture avant d’embarquer. Notre avion décollera à 11h.

Fermer le menu