Pakokku

Vendredi 20/01/2017 :

Arrivée en bus

A Monywa, un tuk-tuk nous emmène à la bus station où nous achetons le billet pour Pakokku . Départ à 9h, arrivée à 11h30.

Le bus nous dépose à deux pas du centre, avant la gare routière qui est beaucoup plus loin…

Notre logement

Nous pouvons ainsi nous rendre à pied à la guest-house où nous avions téléphoné hier.

La Mya Yatanar Inn est bien située (c’est sa seule qualité !), près de la rivière Chindwin dont le niveau très bas laisse apparaître de grands bancs de sable.

Cette guest-house, tenue par une vieille dame, Mya, et sa fille, est plutôt de bric et de broc. La chambre est très spartiate mais elle a un petit balcon qui donne sur la rivière et les petits jardins environnants.

Nous allons déjeuner au resto « La Ban »… Il n’y a pas de restos pour touristes ici, c’est très couleur locale et pas cher du tout…

Ce que l’on mange ici

 Riz ou nouilles avec plein de petits plats de légumes (choux fleurs, carottes, courgettes, et d’autres inconnus…) souvent un petit peu de poulet ou de poisson agrémentent le plat. Dans tous les restos birmans, il y a toujours du thé gratuit sur la table et souvent un bol de bon bouillon est servi en accompagnement du plat, et ça, c’est bien agréable…

Restaurant La Ban
Dans la rue principale, se tient un marché alimentaire quotidien
Pakokku est une petite ville très rurale...
La pub pour les portables, ça décoiffe même les birmans !

La fabrique de cigares

Nous nous promenons dans les rues bordées de maisons en bois jusqu’à la fabrique de cigares birmans, les « cheeroots ».

Les femmes prennent le tabac haché dans un panier et le roulent avec des aromates dans une feuille de thanal phet,  un arbre fruitier birman.

La fabrique de cigares de Pakokku
Atelier de fabrication de cigares

Un masque de beauté permanent

Les birmanes, mais aussi beaucoup d’ hommes et les enfants, s’enduisent le visage d’une pâte blanche, appelée « thanaka ». Elle est faite à partir du bois provenant de plusieurs arbres.

« La crème de thanaka est faite en râpant l’écorce, le bois ou les racines de l’arbre avec un peu d’eau sur une pierre circulaire appelée kyauk pyin, munie d’une rigole circulaire pour évacuer l’eau. « 

Cette crème protège la peau des rayons du soleil et des agressions de toutes sortes.

On voit beaucoup de buchettes de ces bois et de soucoupes en pierre à vendre sur les étals de rues.

 

Pakokku à l'aube

La nuit à Pakokku a été courte

A 4h du mat, un haut-parleur se met à brailler des chants bouddhistes jusqu’à 6h du matin, sans interruption…

Départ pour Mindat

Le petit déjeuner chez Mya est très succinct, c’est le moins que l’on puisse dire…

A 7h45, le « minibus » vient nous chercher devant la gh et, une fois les bagages arrimés sur le toit et les autres passagers embarqués, c’est le départ.

Renseignements pratiques :

Bus Monywa – Pakokku : 3400k/pers

Hôtel : Mya Yatanar Inn (ch très spartiate, petit déj minable, douche au seau, 16,6€ beaucoup trop chère pour ce que c’est) tél : 06221457, 0933081302 Nous avons appris depuis que Mya n’a plus le droit de louer de chambres à des étrangers…

Mya nous propose d’envoyer sa fille prendre nos billets de bus pour partir à Mindat demain. La gare routière étant assez loin et n’ayant pas trop envie d’aller jusque là, nous acceptons.

Nous en aurons pour 10 000k/pers avec le taxi qui vient nous prendre à la guest-house… Bien sûr, Mya prend sa commission, pour le retour nous n’en aurons que pour 7 300k/pers…

Fermer le menu