Palitana

Du 12 au 14 mars 2015

De Diu à Palitana :

-Jeudi 12/03/2015 : Nous prenons le bus qui part à 9h de la gare routière de Diu à destination de Bhavnagar.

Il fait très chaud et lourd et le bus se traîne, il faut dire que la route n’est pas en très bon état, non plus.

Nous arrivons enfin à Talaja vers 14h où nous devons changer de bus pour aller à Palitana. Après une demi-heure d’attente, nous repartons pour arriver à Palitana vers 15h45.

Notre hôtel à Palitana

Le choix d’hôtel est très réduit. En fait, il n’y en a qu’un, c’est l’hôtel Shravak ! le Sumeru est fermé et le Patel n’accepte plus les touristes étrangers !

Notre chambre au Shravak est vraiment la plus pourrie que nous ayons eue en Inde ! et pourtant, nous ne sommes pas difficiles ! Nous nous apercevrons plus tard qu’il n’y a que deux chambres à peu près correctes dans l’hôtel et elles sont déjà prises. Heureusement, leurs occupants s’en vont demain et nous pourrons changer pour la nuit prochaine, ouf !

A la gare routière de Talaja

La ville de Palitana

Nous occupons le reste de l’après-midi à nous promener le long la rue principale (à la recherche de papier toilette,  chose impossible à trouver) et à déguster du bon tchai dans une gargote près de l’hôtel… Il n’y a pas grand-chose à faire ici mais la ville n’est pas si désagréable que je l’avais entendu dire… c’est une petite bourgade tranquille.

Nous réussissons à trouver un bon restaurant (ce qui n’est pas évident), le « Shree Avadh restaurant », pas facile à trouver car il est placé dans un renfoncement le long de la grande rue (sur la gauche de la rue qui fait face à l’hôtel, après le Sonali) et pas d’enseigne en alphabet latin donnant sur la rue. Là encore, nous avons tout un tas de serveurs empressés à notre service exclusif (nous sommes les seuls clients)…

 

Ascension de la colline de Shatrunjaya :

-Vendredi 13/03 : A 6h30, un rickshaw nous conduit au pied de la colline de Shatrunjaya. Il y a eu de l’orage dans la nuit et, ce matin, il pleut légèrement. Le temps frais est le bienvenu au moment de gravir les 3500 marches qui mènent au sommet (de la gnognotte après les 10 000 marches de Girnar Hill !).

Mais ça ne va pas durer, la chaleur va bientôt se faire sentir.

nonnes jaïnes en bas de la colline de Shatrunjaya
ça donne chaud de grimper là-haut !

Une forêt de temples

De là-haut, nous dominons toute une forêt de temples jaïns qui couvre la colline de Shatrunjaya. C’est très beau. L’atmosphère semble plus religieuse qu’à Girnar Hill. 

Ici, pas de gargotes de nourriture tout le long du chemin et pas de détritus non plus…

Beaucoup de pèlerins en tenue blanche et de nonnes s’adonnent à leurs rituels. Toutes les générations semblent animées d’une même ferveur.

Autour des temples, des gerbes de fleurs sont disposées et des portiques sont érigés de place en place en travers des marches tout le long de la montée.

Nous apprenons que demain aura lieu la cérémonie anniversaire de la création du premier temple. Des pujas sont célébrées partout. Les marchands d’offrandes présentent leurs plateaux de fleurs à qui mieux mieux et s’époumonent pour attirer les acheteurs. Les porteurs de dollies ne chôment pas…

Les temples jaïns sur la colline de Palitana
Palitana : Une forêt de temples à flanc de colline
dollies à deux ou à quatre hommes...
... et même portés par des femmes (selon le poids de la personne)

Quand nous redescendons, le soleil est revenu et, comme d’habitude, la descente semble plus longue que la montée.

La foule des pèlerins se presse en bas de la colline de Shatrunjaya
En bas, des stands proposent toutes sortes d'activités pour pèlerins...
En bas, des stands proposent toutes sortes d'activités pour pèlerins...

Retour à Ahmedabad

-Samedi 14/03/2015 : De l’hôtel Shravak à Palitana, pour aller à la gare routière, il n’y a qu’à traverser la rue, c’est pratique. Le bus qui part à 8h pour Ahmedabad est direct et il fonce!

Le plus long est de traverser la ville d’Ahmedabad pour arriver à la gare routière, surtout qu’il est 13h et que la circulation est démentielle.

Nous retournons à l’hôtel Safar Inn, comme il y a trois semaines…

Et c’est de nouveau la poussière, le trafic et la chaleur des rues d’Ahmedabad… Nous remontons en haut du fort (on ne s’en lasse pas)…

C’est notre dernier jour dans le Gujarat, demain, nous partons pour Udaipur, dans le Rajasthan.

Un éléphant parmi la circulation de la vieille ville d'Ahmedabad
Fermer le menu