Patan

Du 23 au 25 février 2015

D’Ahmedabad à Patan en bus

-Lundi 23/02 : Nous arrivons à la gare routière d’Ahmedabad vers 9h. Un gars bien aimable nous guide jusqu’à l’endroit où stationne le bus pour Patan (la gare routière d’Ahmedabad est très grande). A 9h20, le bus démarre.

Bien sûr, le plus long sera de sortir d’Ahmedabad et de ses faubourgs.

Arrivée à Patan

Nous arrivons à Patan à 12h30. La rue où se trouve la gare routière est un vrai capharnaüm : beaucoup de monde et de véhicules, énormément de poussière, de klaxons, d’échoppes ambulantes, etc…

Un rickshaw nous conduit à l’hôtel Supreem Palace, qui est tout près mais nous aurions eu du mal à le trouver tout seuls car il est situé dans un renfoncement et rien n’est indiqué en alphabet latin (tout est écrit en gujarati ici).

La chambre donne sur un jardin public, on n’entend que les oiseaux. De plus, il y a un restaurant fort correct en bas.

Le musée des tissages

Après déjeuner, un rickshaw nous conduit à la maison où se trouve le musée des tissages « patola ». C’est une technique très minutieuse et compliquée de teinture des fils de trame avant tissage. Exposition intéressante…

Le Raniki Vav

Puis il nous emmène au très célèbre puits « Raniki Vav » aux magnifiques sculptures. Vraiment impressionnant de beauté, bien entretenu au milieu d’un grand parc paisible.

Un puits vraiment impressionnant !
Le magnifique "Raniki Vav"
Rani Ki Vav surprend par sa taille mais aussi par sa foisonnante ornementation

Changer de l’argent

Une fois revenus en ville, nous replongeons dans le tohu-bohu de la rue pour trouver un endroit où changer des euros.

Nous trouvons une sorte de galerie marchande avec des boutiques sur trois niveaux (ce genre de galerie commerçante est très courant dans les villes indiennes). Il s’y trouve une bijouterie avec une enseigne Western Union qui fait le change à un bon taux. Au cours de notre voyage cette année, nous avons eu entre 66 et 69 roupies pour 1€.

En ville

Après ça, nous déambulons le long de la rue principale bordée d’échoppes où nous espérons dénicher du papier toilette mais c’est une denrée inconnue ici !!!

Il y a vraiment très peu de touristes étrangers ici, dans la rue nous sommes la cible de tous les regards.

Tous veulent savoir de quel pays nous venons et sont très contents quand nous les prenons en photo, beaucoup nous prennent en photo à leur tour !

Au Gujarat, peu de gens parlent anglais mais ils sont très serviables et on finit toujours par avoir son renseignement…

-Mardi 24/02 : Nous avions projeté d’aller à Modhera mais finalement, nous décidons de rester tranquillement à Patan. Nous n’avons pas le courage de nous taper encore deux heures de bus (1h aller + 1h retour)

Dans le vieux Patan

Nous partons donc de bonne heure le long de la rue principale vers le vieux quartier. Il ne fait pas encore trop chaud et il n’y a pas beaucoup de trafic.

Les commerçants sont en train d’ouvrir leurs boutiques, les marchands de fruits et légumes installent leurs étals.

Dans le vieux quartier, la rue est bordée de belles maisons anciennes en bois avec des balcons travaillés et de toutes petites échoppes au rez-de-chaussée. Les gens sont très souriants et accueillants.

Nous passons sous une ancienne porte qui devait être la porte de la ville, autrefois Patan a été capitale du Gujarat.

Un dromadaire attelé au milieu du trafic
Maisons en bois dans le vieux Patan
Cirage de pompes !
Au Gujarat, le tchai se boit dans la soucoupe !
Jeu de cricket dans la rue
Un petit temple jaïn de quartier

Les jaïns à Patan

Dans le quartier, nous croisons beaucoup de groupes de nonnes jaïnes, toutes habillées de blanc, pieds nus et tenant un long bâton à la main.

Plus loin, dans un bâtiment près du temple que nous allons visiter, des moines sont occupés à étudier.

Un de leurs attributs est la balayette,  sorte de plumeau avec lequel ils balaient le sol devant eux pour ne pas écraser d’insecte.

Les jaïns sont respectueux de toute forme de vie et, durant les prières et cérémoniels, les dévots se couvrent la bouche pour ne pas risquer d’avaler de bestiole…

Le grand temple jaïn de Patan

Bientôt, nous arrivons devant le « Pancharasa Parshvanath jaïn Darasar »

L’entrée en est ornée d’éléphants comme dans tous les temples jaïns …

Bien que ceux-ci ont la particularité de jouer au ballon … C’est du polo à l’indienne, en quelque sorte !

A l’intérieur, des groupes de femmes chantent et prient.

A l'entrée du Pancharasa Parshvanath jaïn Darasar, les éléphants jouent au foot !
Nonnes jaïnes
Dans le grand temple jaïn de Patan
Mais qui a laissé la porte ouverte ?
Deux charmantes habitantes de Patan
Une ferme en pleine ville

Sur une place ombragée par un gros banian, derrière une grille, nous découvrons une ferme où des chèvres, des vaches et des moutons paissent tranquillement… dans la rue aussi, il y a des chèvres et des vaches, mais en liberté, celles-là…

Une ferme en pleine ville !
Des vaches dans la rue ... c'est l'Inde !
En gare de Patan, le train va bientôt partir...

A la gare de Patan

En fin d’après-midi, nous allons faire un tour à la gare ferroviaire qui se trouve au bout de la rue principale, à l’opposé du vieux quartier.

Un train est sur le point de partir.

Yannick va voir le conducteur et le prend en photo ainsi que plusieurs voyageurs amusés d’être photographiés.

Mais, voilà un policier qui arrive et qui nous demande d’un ton péremptoire si nous avons une autorisation pour prendre des photos dans la gare ! Bien sûr, un attroupement s’est formé autour de nous, tout le monde est très intéressé ! Glup, c’est vrai que dans les gares indiennes il n’y a pas le droit de prendre de photo !… »Mais nous sommes allés demander l’autorisation au conducteur… » « Ah bon, Ok, Ok, vous êtes allés voir le conducteur… » et le voilà qui nous serre la main, tout sourire maintenant.

Ouf !, nous avons eu peur de devoir effacer les photos !

Renseignements pratiques :

Bus d’Ahmedabad à Patan : 210 rps pour deux pers.

Hébergement : Hôtel Supreem Palace, near Kohinoor Cinema, Station Road. tél : 02766 222127 – chambre pas très reluisante mais très calme et pas chère du tout : 500rps

Il y a un restaurant en bas de l’hôtel

Fermer le menu