Un voyage écourté (suite et fin)

La Corogne

Notre étape nuit :  Après avoir traversé la ville, nous arrivons à l’aire aménagée de Porto de San Pedro de Visma.

L’emplacement est bien situé, au-dessus de la mer, mais très en pente.

Mardi 16 septembre 2014 :

À La Corogne, nous nous garons sur le grand parking au pied de la Tour d’Hercule. Puis, nous cheminons le long du Paseo Maritimo, le long de la mer, et arrivons à la vieille ville. En fait, il n’y a pas grand-chose à y voir…

Vers 12h30, les restaurants ne servent pas déjà à manger, il est beaucoup trop tôt pour les espagnols ! Mais, nous ne voulons pas perdre la moitié de la journée. Nous achetons donc des provisions dans une boulangerie et les dégustons au soleil sur un banc devant la mer…

Hier soir et ce matin, il a beaucoup plu mais, depuis que nous sommes à La Corogne, il fait beau et chaud…

L'hôtel de ville de La Corogne
Sur la praza de María Pita
dans une rue menant à la praza Maria Pita
Une rue dans la vieille ville

Après quelques courses, nous quittons La Corogne

… et prenons la route de « la côte de la mort »

À Caión, nous nous baignons sur la belle plage déserte.

Partout, en Galice, il y a des plages superbes et aux parkings faciles d’accès (sans barre de hauteur)

La belle plage déserte de Caión

Malheureusement, la félicité ne va pas durer ! Quand nous reprenons la route, il se met à pleuvoir très fort et, de plus, voilà que nos injecteurs se remettent à faire des problèmes comme au moment du départ. Galère !

Enfin, nous arrivons à la magnifique plage de Laxe

Un grand emplacement derrière la dune accueille une foule de surfeurs avec leurs véhicules. Endroit très sympa…

Il y a beaucoup de vent et de gros rouleaux agitent la mer d’un vert de jade. La plage, très sauvage, est encadrée de dunes et de collines.

Magnifique endroit où nous allons rester cette nuit, en compagnie des surfeurs. Yannick réussit plus ou moins à réparer les injecteurs… Nous verrons que ce sera plutôt moins que plus!

Pour couronner le tout, il pleut très fort sans arrêt. C’est la tempête !

La plage de Laxe
Bivouac derrière la plage

Mercredi 17 septembre 2014 :

Quelle journée !!! La réparation n’a pas tenu longtemps… Nous sommes sur la route de Camariños et le voyant se rallume ! Nous n’avons plus qu’à aller à Santiago de Compostela pour essayer de faire réparer notre fourgon au garage Fiat… En plus, il fait un temps affreux : pluie et vent…

Santiago de Compostela

Galère pour trouver le garage

À Santiago, le GPS nous fait traverser le centre-ville pour rien, il faut retourner dans l’autre sens et retraverser les embouteillages de l’heure de pointe sous la pluie battante. Pendant que Yannick pète les plombs au volant, j’essaie de joindre le garage au téléphone. Enfin, nous trouvons l’atelier de réparation Fiat (caché à l’intérieur du garage Seat). Il est 15h ! Le garagiste nous dit qu’il va faire de son mieux pour réparer… Chouette !

Pendant ce temps, nous prenons le bus pour aller visiter la vieille ville de Santiago de Compostela

Visite de la célèbre cathédrale avec son non moins célèbre encensoir, de la place do Obradoiro lieu d’arrivée des pèlerins venus du monde entier, et des vieilles rues médiévales. Dommage qu’il fasse si mauvais temps …

Dans la vieille ville de Santiago
Musiciens galiciens
Une terrasse de café sous les arcades d'une banque
Santiago sous la pluie !
la cathédrale de St Jacques de Compostelle
le célèbre encensoir, le "Botafumeiro"
Dans la nef centrale
Ils sont arrivés au bout du chemin !
Drôle de tenue dans un lieu saint !...
Tout nus sous la pluie !

Des hommes nus sur les balcons !

Nous avons la surprise de voir des sculptures d’hommes dénudés sur les balcons, c’est plutôt amusant et inattendu dans ce lieu de pèlerinage ! Mais j’ai eu beau chercher, impossible de savoir à quel évènement ils se rapportaient ni quel en était l’auteur…

Mais notre principal souci en ce moment est : allons-nous pouvoir rentrer en France avec notre fourgon ?

Nous dégustons une bonne assiette de poulpes dans un bistrot et retournons au garage. Hourra, notre fourgon est réparé (pour seulement 60€) !…

Mais, à peine sortis de Santiago, le voyant lumineux se rallume et le moteur se remet à faiblir … Malédiction !

Le soir tombe … Nous n’avons d’autre choix que nous garer sur un parking au milieu des immeubles de la banlieue de Santiago… Demain, il faudra retourner au garage. Il pleut, il pleut … Quelle misère !

Jeudi 18 septembre 2014 :

Il a plu toute la nuit et, ce matin, il pleut encore à verse … Enfin, la nuit a été très calme sur ce parking. Ce matin, nous retournons au garage Fiat. Ils refont une soudure et changent une cosse… et ils ne nous font pas payer la deuxième intervention. Vraiment sympas ces espagnols !

Le fourgon est enfin bien réparé mais nous décidons d’écourter le voyage et de rentrer en France…

Nous reprenons donc la route en sens inverse, c’est triste !

Nous arrivons à Cudillero, très joli petit port des Asturies

Sur le port, il y a un grand parking où nous pouvons rester la nuit. Balade jusqu’en haut du village qui s’accroche à flanc de falaise. Les ruelles sont des escaliers qui relient les maisons empilées les unes au-dessus des autres.

Le joli village de Cudillero
Cudillero vu du haut de sa falaise
Sur le port
Cudillero by night

Vendredi 19 septembre 2014 :

Et c’est la route vers le Pays Basque…

Déjeuner aux environs de Llanes, à Barro, playa de Palombina. Très joli endroit à l’extrémité orientale des Asturies. La plage est presque déserte, le temps est orageux et très changeant. Le soleil alterne avec les averses, mais il fait plus chaud qu’en Galice.

Après déjeuner, nous prenons un bon bain dans la mer très bonne et très claire…

Et nous reprenons la route à travers la Cantabrie et arrivons au Pays Basque en fin d’après-midi, à la plage de Saturrarann, entre Mutriku et Ondarroa.

Superbe endroit là aussi, moins sauvage que les autres mais bien sympa quand même…

Le stationnement des CC est autorisé 24h sur le parking derrière la plage.

Une promenade le long de la mer, à partir de la plage de Saturrarann, mène jusqu’au port de pêche et à la ville d’Ondarroa.

Nous dégustons une bière sur une terrasse devant la plage urbaine de Arrigorri, près du port de pêche d’Ondarroa, et faisons un tour sur les quais où les femmes raccommodent les filets de pêche dans une cabane…

Samedi 20 septembre 2014 :

Matinée à la plage, il fait beau, la mer est bonne et l’endroit est sympa !

La plage de Saturrarann
Ondarroa vu depuis la plage de Saturrarann

Après déjeuner, nous reprenons la route en direction de San Sebastian.

En fin d’après-midi, nous arrivons à Hondarribia (Fontarrabie en français), tout près de la frontière.

Visite de cette jolie ville fortifiée, colorée et animée aujourd’hui samedi. Nous dégustons de bonnes tapas et excellentes « croquetas de jamon  » accompagnées d’une bonne bière, sur la place d’armes…

Puis nous allons nous garer pour la nuit sur le parking près du fort de Guadalupe.
Sur la place d'armes à Hondarribia
Il y a de l'ambiance !

Dimanche 21 septembre 2014 :

Nous revoilà en France

Hendaye puis Ascains où nous prenons le petit train à crémaillère qui monte à la Rhune, à plus de 900m d’altitude.

Le paysage durant la montée est très joli mais, une fois en haut, nous sommes dans les nuages. Le panorama est complètement bouché !

Heureusement, nous pouvons passer le temps en admirant les petits chevaux des Pyrénées, les pottoks, et les moutons cachés dans les creux de roches ou endormis au bord des à-pics.

Le train de La Rhune
Dans la montée vers le sommet
La voie ferrée à flanc de montagne
Le train de La Rhune arrive au sommet... tout le monde descend !
Nous sommes dans les nuages !
Là-haut, c'est le domaine des pottoks ...
... et des moutons ...
... qui n'ont pas le vertige !

Une fois redescendus, nous reprenons la route vers la Gironde où nous retrouvons notre point d’étape de l’aller : les lagunes du Gât Mort … Toujours aussi calme … et demain, route jusqu’à chez nous.

Aux lagunes de Gât Mort

Ce voyage a été plus court que prévu mais nous comptons bien repartir bientôt, début octobre. Nous resterons en France pour être sûrs que la réparation tienne le coup et ne pas être trop loin en cas de panne… Ce sera donc l‘Ardèche et la Haute-Provence

Et le Portugal, ce sera pour une autre année !

Fermer le menu