Ani, Kars, Dogubayazit

– Mardi 21/9/10 :

Départ pour Kars à la frontière arménienne.

La route est pleine de travaux, de poussière et de camions qui n’avancent pas…  Heureusement, après Göle, ça s’arrange un peu.

Un paysage rude

Nous traversons la steppe aride peuplée de grands troupeaux de chevaux, ânes, moutons, vaches…

Il fait très chaud, le paysage est rude et désolé. L’habitat des paysans kurdes est vraiment misérable.

La route, au début, suit un paysage montagneux et pelé
habitat de paysans kurdes

Ani

Nous arrivons en vue des vestiges des murailles d’Ani, écrasées de chaleur. 

Cette ville fut la capitale du royaume d’Arménie

Jadis traversée par les voyageurs qui suivaient la Route de la Soie, elle est, aujourd’hui, perdue dans la steppe…

À la frontière de l’Arménie

Bordé d’une profonde faille au fond de laquelle coule une rivière qui marque la frontière turco-arménienne, ce site dégage une impression d’étonnante mélancolie. Les guerres, les tremblements de terre et le changement des routes commerciales ont contribué à son déclin. 

Depuis, les vestiges de cette cité autrefois florissante, sont livrés aux intempéries…

Les murailles qui entourent le site sont en cours de restauration
Les ruines de ce qui fut une cité prospère se retrouvent disséminées çà-et-là, sur le plateau brulé par le soleil en été, par la neige en hiver
La cathédrale, achevée en 1010 a été transformée en mosquée par les Seldjoukides.
L'église du Rédempteur : Une seule moitié est encore debout, l'autre ayant été foudroyée en 1957
Superbe croix de pierre sur la façade de l'église du Rédempteur
L'église St Grégoire de Honentz, édifiée en 1215, se dresse près de la gorge de l'Arpa Çayi
Sur les murs externes, arcades entourées de jolis bas-reliefs
Longues inscriptions en arménien gravées sur les murs
L'église St Grégoire de Honentz renferme des fresques représentant des scènes de la Bible ...
Bien que très endommagées, elles n'en sont pas moins remarquables...
La petite église "Kiz Kalezi" (le château de la Vierge) s'accroche à un piton rocheux au milieu de la rivière. En face, c'est l'Arménie...
Le "couvent des Vierges" est perché au bord des gorges.
La mosquée Manoutcher serait la première mosquée construite par les Turcs seldjoukides d'Anatolie.

Après la visite émouvante de ces vestiges perdus dans l’immensité nue, nous prenons la direction de Kars

En cours de route, nous rencontrons un jeune rennais d’origine kurde venu rendre visite à ses cousins restés au pays.

Notre étape nuit

Il nous indique un hôtel à Kars où il pense que nous pourrons demander la permission de stationner sur son parking… et, en effet, le patron, très gentiment, nous autorise à rester là gratuitement, en bordure d’un espace vert, au fond du parking de l’hôtel.

Kars

Nous allons visiter la ville où Orhan Pamuk a situé l’intrigue de son roman “Neige”.

Autour de la citadelle, jadis bastion arménien puis russe, se trouvent des quartiers assez pauvres…

Autour de la citadelle
Le Tas Köprü, pont de pierre, dominé par la citadelle de Kars
Le "monument à l'humanité", symbolisant la réconciliation des Arméniens et des Turcs, a été détruit depuis notre passage dans cette ville... Il faut dire qu'il était plutôt laid !
La Fetiye Camii est une mosquée installée dans une église orthodoxe russe du XIXème s.
Kars possède des demeures datant de la Russie de la Belle Époque ...
Un immeuble style soviétique, pas vraiment belle époque !
Dans la rue principale "Atatürk Cadesi", nous achetons du miel et du fromage, spécialités de Kars, ainsi de la "sucuck" (saucisse sèche) succulente !
"DUR" = Stop !
Dans une rue de Kars !
Et dans la campagne environnante ...

– Mercredi 22/9/10 :

Après avoir roulé longtemps dans un paysage sauvage, parmi les montagnes rayées de rouge et de beige, nous arrivons aux environs d‘Igdir.

La longue route épouse les formes des montagnes rayées d'ocres rouges et beige... Étrange paysage ! Et route plutôt cahoteuse...

Tout à coup, juste devant nous,  dans toute sa splendeur, le Mont Ararat

Il émerge de la brume de chaleur, couronné de neige éternelle…  Sommet mythique, c’est là que ce serait échouée l’Arche de Noé…!!!

Tout le long de la route, on peut le voir car il culmine à 5 137m…

Nous déjeunons face au Mont sur une portion de route désaffectée qui longe la grande route…

Les camionneurs qui passent écarquillent les yeux en nous voyant là!

Tout près de l’Iran !

Une fois la ville de Dogubayazit traversée, l’Iran n’est plus qu’à 35km.

Il y a du monde dans les rues et un marché permanent mais les rues sont larges, la ville se traverse facilement. 

Notre étape nuit

Nous arrivons bientôt au camping “Lale Zar”. Tenu par un hollandais et un couple de kurdes sympathiques, il se trouve sur la route du palais d’Ishak Pasa, magnifique palais des Mille et Une Nuits…

Le palais d’Ishak Pasa

Magnifique vision que ce palais dans cet environnement désertique
Dans la seconde cour, un tombeau richement décoré renferme un sarcophage
Le superbe portail du haremlik permet d'accéder aux quartiers résidentiels du palais
La salle à manger ...
Différents styles composent l'ornementation du palais : influences seldjoukide, arménienne et géorgienne
Dans le selamlik, se trouve une jolie mosquée au plafond orné de fresques
Belle ornementation de bas-reliefs dans la mosquée, notamment un arbre de vie
Au fond, le mihrab

Le Palais est construit dans un site grandiose…

Les vestiges d’une forteresse dans la montagne

Non loin, on peut voir les vestiges d’une antique cité hittite et de sa forteresse.

Le site entourant le palais est composé de montagnes aux nuances subtiles
D'une fenêtre du palais, on peut apercevoir une mosquée dans la montagne
Elle est surplombée par les vestiges d'une ancienne forteresse

– Jeudi 23/9/10 :

Le samovar fume du matin jusqu’au soir !

Au “Lale Zar Camping”, on nous offre, bien sûr, le thé avant notre départ. Ici, en Turquie, le thé est vraiment LA boisson que l’on sirote à toute heure. Il y a toujours un samovar qui fume pour garder l’eau et la théière au chaud.

 

Les terrains de camping servent plutôt aux pique-nique en famille

Les terrains de camping en Turquie sont des endroits où les gens du coin viennent en famille passer une soirée en faisant des grillades. Il y a toujours des tables et chaises, des barbecues, un bar qui vend tout ce qu’il faut pour les brochettes (kebaps) et quelques emplacements pour camper ou se garer…

C’est très convivial !

Au "Lale Zar camping", on est reçu très chaleureusement !
Les terrains de camping servent plutôt à venir pique-niquer en famille
Une rue animée à Dogubayazit
Nous retraversons Dogubayazit, avec un petit arrêt pour quelques courses...

Et nous prenons la route qui suit la frontière iranienne.

 

 Les villages sont pauvres et le climat rude en hiver.
Le paysage est aride, beaucoup de roches noires (de la lave pétrifiée)...
La longue route près de la frontière iranienne
Fermer le menu