Erzurum, les Vallées Géorgiennes

Paysage le long de la route vers le Nord-Est de l'Anatolie

– Dimanche 19/9/10 : Nous avons une longue route à faire pour arriver à Erzurum.  

Peu de circulation, à part de gros camions chargés de façon impressionnante.

Partout, dans l’est du pays nous verrons d’énormes travaux d’aménagement : construction de ponts, goudronnage, élargissement des routes pourtant très larges déjà par rapport au peu de trafic routier…

L’essence coûte cher ici et les voitures particulières peu nombreuses, sauf dans les villes où il y a pas mal de circulation.

Le paysage est sauvage et désertique... grandiose...

Erzurum

Nous arrivons à Erzurum, dans le nord-est de l’Anatolie, vers 15h. Il fait très chaud.

L’histoire de cette ville a été mouvementée, elle a été conquise par les armées arméniennes, perses, byzantines, arabes, seldjoukides, mongoles et russes.  De ce fait, les monuments anciens trahissent diverses influences architecturales.

Nous visitons la  “Çifte Minareli Medrese” ( école coranique aux minarets jumeaux) …

La Çifte Minareli Medrese (école coranique aux minarets jumeaux) date de l'époque où Erzurum était une ville seldjoukide florissante
Les deux minarets jumeaux, en briques, sont ornés de faïence bleue.
La cour intérieure donne accès au mausolée de Huand Hatun, fondatrice de la medrese
L'aigle seldjoukide figure à droite du portail d'entrée
Ornementation sculptée autour du portail

Nous poursuivons la visite par l'”Ulu Camii”, la grande mosquée 

Ulu Camii, la grande mosquée, date de 1179
Dans la mosquée, un dôme à stalactites s'ouvre sur le ciel

Et la “Yakutiye Medrese”, une école théologique mongole

Des deux minarets de la Yakutiye Medrese ne subsistent que la base de l'un et la partie inférieure de l'autre.
Le portail est entouré de bas-reliefs

 

La Yakutiye Medrese a été construite en 1310. Elle renferme aujourd’hui le “musée d’Ethnographie de d’Arts turco-islamiques” mais, étant en réfection lors de notre passage, elle était fermée. Dommage…

La mosquée Lala Mustafa Pasa Camii jouxte la medrese. On en voit les coupoles et le minaret pointu sur la photo ci-contre

C’est une ville moderne

Les rues sont pleines de monde car nous sommes dimanche. Il y a de grands magasins modernes.

Comme dans toutes les villes que nous avons traversées, les femmes entièrement voilées côtoient les femmes habillées à l’occidentale, d’autres n’ont que le foulard sur la tête. Beaucoup de magasins de mode. Beaucoup de jeunes aussi, c’est une ville universitaire. 

Un tremplin de saut à ski !

En cette saison, il fait très chaud ici, mais l’hiver est rigoureux, il y a de la neige et au loin, on aperçoit un tremplin de saut à ski ! 

Nous sommes à 1 819m d’altitude…

Notre étape nuit

Nous prenons ensuite la direction d’Artvin pour trouver à nous garer pour la nuit.

Comme d’habitude, nous prenons une petite route, nous arrivons près d’un village. Dans un champ, beaucoup de gens pique-niquent, les enfants jouent sous les arbres. Un vieux monsieur rencontré là nous offre avec générosité de nous garer dans son champ et il nous confie même la clef du portail qui le clot… Encore un exemple de l’accueil turc.

Ce monsieur nous invite à stationner dans son champ ... et nous en confie la clef !

Un peu de routes de montagne …

– Lundi 20/9/10 : Aujourd’hui, nous partons à la découverte des Vallées géorgiennes, région montagneuse au nord d’Erzurum. Elle faisait partie, au Moyen-Age, du royaume de Géorgie. Les paysages sont d’une grande beauté.

Nous arrivons à Tortum, petit bourg sympathique où nous faisons quelques courses en sirotant des verres de thé que chacun veut nous offrir. Les commerçants sont très amusés de baragouiner quelques mots d’anglais avec nous…

Paysage entre Erzurum et Tortum
Un sympathique commerçant de Tortum
Tortum, la rue principale

Après avoir suivi la rivière Tortum, une petite route nous emmène au village de Bagbasi.

Au bout de nombreux détours, nous découvrons enfin le monastère du Xème s. nommé “Tas Camii Meryemana Kilisesi”, enfoui sous les arbres…

Le village, en lui-même, s’égrène le long d’une rivière parmi les champs et les vergers.

Les femmes y sont toutes très voilées et les hommes attablés aux guéridons des petits cafés devant leur éternel verre de thé.   

 
 
Le monastère près du village de Bagbasi possède un dôme conique...
Un bel aigle sculpté
Encore un aigle !

 

Ensuite, nous empruntons la route étroite et sinueuse qui grimpe dans la montagne, jusqu’au village d’Oskvank

 

Une cathédrale à l’abandon

C’est, parait-il, la plus majestueuse des cathédrales géorgiennes de la région mais, malheureusement, en très mauvais état et laissée complètement à la merci des intempéries.

La cathédrale d'Oskvank
Le porche de la cathédrale est flanqué de deux arcades aveugles
Quelques restes de fresques sont encore visibles
Les entourages de fenêtres sont finement sculptés

 

Pique-nique à l’ombre

Aujourd’hui, il fait très très chaud…

Nous pique-niquons près d’une source à l’ombre d’un petit bois puis, nous reprenons la route qui longe bientôt le lac de Tortum, offrant de magnifiques paysages

Une vieille grange près du petit bois où nous pique-niquons
La route longe la rive ouest du lac de Tortum, formé il y a 300 ans par un glissement de terrain.
Les chutes d'eau ne sont pas très spectaculaires en cette saison...
Nous continuons en direction d'Ishan ...
La route, elle, devient spectaculaire !

Nous tentons d’atteindre le village d‘Ishan mais la route qui y mène, taillée à flanc de montagne, est très défoncée par endroits.

Nous abandonnons, la route est trop escarpée …

Après un demi-tour périlleux, et une tentative d’y aller à pied mais c’est encore trop loin et il fait trop chaud, nous redescendons vers la rivière …

Plus bas, nous retrouvons la route goudronnée... et nous filons vers l'est

Il faut songer à trouver un endroit pour la nuit. Pas facile dans ces contrées sauvages et montagneuses…

Les gens que l’on croise rentrent du travail des champs vers leurs villages misérables… Ils ne comprennent rien de ce que nous leur demandons…

Les enfants nous regardent avec des yeux ronds… Nous sommes des martiens !

Notre étape nuit

Après plusieurs essais infructueux, nous finissons par trouver un chemin de terre qui descend au bord d’une rivière, derrière un bouquet d’arbres….

Il faut réussir à y aller car le chemin est plein de trous et de bosses mais notre fourgon en a vu d’autres et, finalement, ça passe.

Ouf, nous serons très bien là cette nuit…

Paysage grandiose... Mais, pas facile de trouver un endroit pour passer la nuit par ici...
Notre bivouac, près d'une rivière
Fermer le menu