BOSNIE : De Radimlja à Mostar

– Lundi 9/6/2008 : En partant du monastère d’Ostrog, nous prenons la direction de la Bosnie en passant par Niksic.

Plus nous approchons de la frontière, plus nous voyons de panneaux écrits en cyrillique…

  La frontière est franchie sans problème …

Nous voilà en Bosnie Herzégovine

La monnaie est l’Équivalent Mark (1Km = 0,50€)

 Trebinje

Nous nous y arrêtons pour acheter quelques spécialités dans une boulangerie :

Burek (chaussons feuilletés à la viande et oignons) 

Zeljanica (aux épinards et fromage),  Simica (au fromage blanc)

À Trebinje, pause déjeuner près d'une mosquée
Un monastère serbe orthodoxe est construit sur la colline Crkvine, qui domine de la ville de Trebinje

Nous reprenons la route et faisons halte peu après Stolac…

 À Radimlja où se trouve une nécropole bogomile

Cette ancienne secte aurait inspiré les cathares.

Les tombes sont constituées de grosses pierres taillées et gravées de motifs divers…

La nécropole bogomile de Radimlja abrite des tombes médiévales
Sur cette pierre une croix et un croissant se côtoient ...

Nous arrivons ensuite à Pocitelj, beau village fortifié au bord de la Neretva

Pocitelj, village très endommagé pendant la guerre, est en cours de restauration
Le village déroule ses ruelles le long de la colline jusqu'au donjon de la forteresse
On voit encore très bien les murailles qui entourent la ville fortifiée depuis l'époque médiévale
En montant vers la mosquée, on peut voir les coupoles de l'ancienne medresa (école coranique)

 

 

 

Pocitelj a été très touché par la dernière guerre

Les rues de Pocitelj grimpent le long de la colline entourée de murailles fortifiées, jusqu’au donjon, datant de l’époque médiévale.

Pendant la guerre des Balkans, entre 1992 et 1995, la forteresse est le seul bâtiment a n’avoir pas été trop endommagé. Elle était utilisée par les Croates comme poste d’observation.

La mosquée, quant à elle, a été dynamitée par les armées croates en 1993, après avoir été endommagée par l’artillerie serbe.

La coupole centrale et le minaret se sont effondrés.

La mosquée ainsi que beaucoup d’autres bâtiments ont été reconstruits ou restaurés depuis la fin de la guerre.

Il reste encore du travail à faire mais le village, désormais, a repris vie et est en voie de devenir un lieu touristique…

En montant au donjon, la vue embrasse tout le village jusqu'à la Neretva
La route continue dans un paysage bucolique … mais désolé suite aux dégâts de la guerre

Nous suivons le cours de la Neretva dans un paysage de plaines fertiles aux nombreuses cultures maraîchères et fruitières…

Mais, les maisons semblent toutes soit détruites et abandonnées, soit en cours de construction et pas terminées.

Blagaj

On peut y admirer les gorges de la Buna, une rivière tumultueuse qui se jette dans la Neretva, à 6km de là. 

Elle sort d’une grotte en bas d’une paroi rocheuse à pic toute percée de trous où nichent des centaines d’oiseaux.

Les hirondelles volent en rase-mottes au-dessus de l’eau qui bouillonne en grondant…

Tout au bout, se trouve la Maison des Derviches

Bien cachée derrière un bouquet d’arbres, elle se tient presque au-dessus de la grotte.

Pour la visiter, il faut, bien sûr, se déchausser …

Mais, de plus, avant d’y pénétrer, une femme m’enveloppe la tête d’un grand foulard… Me voilà en tenue décente !!! Nous pouvons y aller !

Au-dessus de l'eau bouillonnante de la Buna, se trouve la maison des Derviches
Pour visiter la maison des Derviches, il faut se couvrir la tête et se déchausser...
Joli plafond

Tout au long de la rivière, il y a plein de restos qui ont installé leurs terrasses au-dessus de l’eau. Cet endroit est très touristique.

Notre étape nuit

Nous passerons la nuit au camping de Blagaj  (pas terrible mais tranquille)…

 

Mostar

– Mardi 10/6/2008 : Il fait déjà très chaud quand nous arrivons, dans la matinée, à Mostar.

Nous trouvons à nous garer dans la partie ouest, près d’une église au clocher très fin et très haut, entourée d’un grand parking.

Puis, nous partons vers la vieille ville aux rues pavées de cailloux ronds et glissants.

 

Le célèbre pont à une seule arche

Complètement détruit pendant la guerre, il a été reconstruit à l’identique et il est désormais fréquenté par une foule de touristes.

Ses abords sont pleins de boutiques et restaurants.

Le célébrissime pont à une arche de Mostar... Des jeunes gagnent des sous en se jetant du haut du pont sous le regard des touristes

Cette ville a beaucoup souffert durant la guerre de 1992-96

Le vieux bazar ottoman, situé près du pont, est très touristique mais, dans le quartier situé juste derrière, les cicatrices de la guerre sont encore très présentes.

Les quais près du pont regorgent de boutiques et restos
Mais, dans les rues en arrière, les cicatrices de la guerre sont encore bien visibles
Les façades portent encore les traces des impacts qu'elles ont reçus
La mosquée Koski Mehmed Pacha se dresse au bord de la Neredva. Du haut de son minaret, on a une superbe vue sur la ville et le pont.
À l'intérieur de la mosquée, le mihrab
... Et le plafond
La "mosquée sous le tilleul" est dotée d'un minaret octogonal de 12m de haut. Un cimetière a été improvisé à son pied suite à la guerre
La tour de l'horloge
Les fleurs s'épanouissent sur les ruines ...
Beaucoup de bâtiments sont encore en ruine quand nous visitons Mostar. Il est d'ailleurs interdit de se garer au pied des murailles de certains menaçant de s'écrouler.
Il fait chaud... C'est le moment de la pause café ... turc !

Nous quittons Mostar pour nous rendre à Sarajevo,en suivant le canyon de la Neretva.

Nous longeons ensuite le lac de Jablanica

Partout, beaucoup de maisons détruites, façades criblées de traces de balles, toits béants, vestiges de la guerre laissés à l’abandon, jalonnent la route…

Notre étape nuit

Nous arrivons à Ildiza, où se trouve le camping le plus proche de Sarajevo. Les grands arbres y offrent un ombrage bienvenu.

Le lac de Jablanica (Jablanicko jezero)
Fermer le menu