Chanderi

Porte de Delhi, à l'entrée de la médina de Chanderi

Pas de chambre au seul hôtel du centre !

– Mardi 23/01/18 : Hier, à Orchha, nous avions téléphoné au seul hôtel du centre de Chanderi, le Sri Kunj, le gérant nous répond qu’il n’y a plus une seule chambre de libre ! Il nous conseille de téléphoner au « Amrae resort » à Pranpur, à 4kms de Chanderi… Ce que nous faisons et il nous est répondu qu’il ne reste qu’une seule chambre libre… étrange car ce n’est pas un endroit touristique ! Nous hésitons à partir là-bas, mais comme on nous avait dit tant de bien de cette petite ville, nous décidons quand même de tenter le coup et d’y aller… Nous décidons d’y aller en taxi.

D’Orchha à Chanderi en taxi

Il faut 2h30 de trajet pour rejoindre Chanderi en traversant un paysage de collines arides et desséchées alternant avec des espaces boisés, des villages et des champs verdoyants.

Communication difficile

  Lorsque nous arrivons au « Amrae resort », le chauffeur de taxi peut nous traduire en anglais ce que dit le gars qui nous accueille et nous donne l’explication de ce mystère : Tous les hôtels du coin sont réservés par une équipe de Bollywood pour deux mois… Pas de chance pour nous !

En effet, il aurait été beaucoup plus agréable de résider au coeur de la petite ville de Chanderi pour pouvoir flâner tranquillement dans les rues et profiter de l’ambiance, comme nous aimons le faire…

Aucun moyen de locomotion entre Amrae resort et Chanderi !

Nous sommes complètement isolés à 4 kms du bourg, dans un endroit où il n’y a aucun moyen de locomotion. Pour rejoindre Chanderi, il faut faire du stop au bord de la route…  Le gérant du resort n’est pas sur place, il y a juste le pauvre gars qui tient tout seul l’établissement. Le pauvre fait ce qu’il peut, il est très gentil et souriant… Mais il ne parle pas un mot d’anglais.

Difficile dans ces conditions d’avoir quelques renseignements. 

Il faut faire du stop pour aller en ville !

 Nous réussissons, après pas mal de temps, à arrêter un petit camion déjà bourré de monde dans lequel nous avons pu nous caser, et nous arrivons aux abords de la ville.

Ceux-ci sont peu engageants, tas de gravats, circulation intense, poussière, c’est plutôt un énorme capharnaüm comme beaucoup de villes indiennes…

Mais une fois passé la belle porte de Delhi,

Nous entrons dans les ruelles du bazar

Au détour d'une rue dans la médina

Chanderi et ses environs sont ponctués de plusieurs monuments dignes d’intérêt

Au pied de la forteresse, une belle porte entourée d'un jardin
Dans la cour de la Jama Masjid
Monument faisant partie de l'ensemble des tombes de la Nizamudin family
Nrasingh Temple, au coeur de Chanderi
La forteresse domine la ville

Un temple tout blanc au bord de l’eau

– Mercredi 24/01/18 : Encore du stop au bord de la route, après n’avoir vu passer que des mobylettes, une voiture s’arrête enfin. Le chauffeur est tout étonné de nous voir là ! Il nous dépose à la Delhi Gate.

Au lieu d’entrer en ville, nous partons à l’opposé, par un chemin bordé de petits champs et de jardins potagers cultivés avec soin, jusqu’au Lankshman Mandir.  Tout le monde est intrigué de nous voir, il n’y a pas souvent de touristes ici ! « Namaste, namaste », tous nous saluent gentiment…

Le Lankshman Mandir est un temple tout blanc qui se dresse au bord d’un beau et grand bassin. C’est un bel endroit, très calme…ça fait du bien !

Lankshman Mandir

Plusieurs beaux mausolées dans la campagne

Nous continuons la balade en longeant des jardins… Deux blocs de pierre, sculptés en bas-relief de beaux chevaux, encadrent une entrée…

Nous découvrons le « Chhatri (mausolée) de Bharat Shah Bandela, puis celui, de toute beauté,  de la fille d’un empereur au nom inconnu…

Ainsi que d’autres pavillons et stèles sculptées disséminés dans la nature…

Chhatri de Bharat Shah Bandela
Mausolée de la fille d'un empereur
pavillons dans la campagne
stèle au cheval
stèle au cheval
Stèle sculptée
Stèle sculptée

Et l’on arrive à un grand bassin

« Hauj-E-Khas » du XVème siècle qui servait de piscine où les rois s’entraînaient aux sports aquatiques, comme l’explique le panneau planté devant.

A côté, s’étend un grand terrain où des jeunes jouent au cricket …

 

Un vieux puits

Une fois revenus en ville, après avoir pique-niqué, assis sur un muret, dans une rue, de bananes et biscuits. Il n’y a aucun resto ici…

Nous flânons au fil des rues à la recherche d’un vieux puits « Musa Bawdi »…

Puis nous prenons la direction du sud de la ville…

Musa Bawdi

 

 

Un ensemble jaïn

Un chemin nous emmène, à travers la campagne baignée de soleil, à un grand ensemble jaïn.

Là, se dresse une statue de 15m de haut d’un Tirthankara (Khandargiri Temple).

Des escaliers à flanc de rocher près de la grande statue, conduisent à d’autres sculptures jaïnes enfermées derrière des grilles.

Du haut du rocher au-dessus du Khandargiri temple

Quitter Chanderi

Demain, nous quitterons Chanderi où nous regrettons de ne pas avoir pu loger sur place pour prendre le temps de nous en imprégner vraiment … il reste encore beaucoup à y découvrir … Inutile de préciser que nous n’y avons croisé aucun touriste ni occidental ni indien…

Pour rejoindre la gare ferroviaire, il faut aller à Lalitpur en taxi (voir article suivant)

Renseignements pratiques :

CHANDERI (2 nuits): taxi à partir d’Orchha (2h30 de trajet) : 2200rps

-« Amrae resort » situé à 4kms de Chanderi, près du village de Pranpur, tél : 9425381065, 9935749898, correct mais trop isolé, pas de moyen de communication, accueil souriant mais ne parlant pas un mot d’anglais donc difficile d’avoir des renseignements. Demi-pension pour 2 pers : 2000 rps au début, obtenue à 1200rps (après d’âpres négociations avec le gérant par téléphone)

Fermer le menu