Junagadh

Du 4 au 7 mars 2015

Départ de Dwarka

-Mercredi 4/03 : Dwarka est de plus en plus remplie de monde et il y a encore des pèlerins qui arrivent. Il est temps de partir.

Nous prenons le bus à 9h30 et nous arrivons à Junagadh à 15h30, après 6heures d’une route assez pénible pas toujours en bon état et avec des arrêts dans de nombreuses gares routières.

Arrivée à Junagadh

Nous prenons une chambre à l’hôtel Relief, situé au coeur de la vieille ville. L’accueil y est très sympathique.

La chambre est pour le moins vieillotte mais propre et pas trop bruyante par rapport à l’emplacement très central de l’hôtel. Il y a même une terrasse mais le restaurant n’existe plus… Dommage car les restaurants ne courent pas les rues dans cette ville.

Le gérant de l’hôtel nous en conseille un, très bien mais situé assez loin, le « Santoor restaurant » où nous prendrons tous nos repas.

La terrasse de l’hôtel a une belle vue sur des monuments anciens laissés à l’abandon, comme tous les monuments de cette ville qui a dû être belle autrefois.

L’hôtel Relief, malgré sa décrépitude, semble héberger tous les touristes étrangers qui viennent ici, nous y croisons un groupe de jeunes allemands, un couple de français, un de russes, une japonaise! Il y a longtemps que l’on n’en avait pas vus autant en même temps !

 

Le Mahabat Maqbara

Nous allons jusqu’au Mahabat Maqbara, palais et mausolée encadré de ses minarets à escaliers torsadés. Cet ensemble a dû être très beau mais malheureusement laissé à l’abandon, entouré d’une cour jonchée de détritus.

Construit au XIXᵉ siècle, c’est le plus vieux monument moghol de la ville… quel dommage de le voir dans cet état !

Les rues commerçantes sont très animées, grouillantes de monde, très bruyantes… et très sales.

Le Maqbara de Junagadh, un mausolée flanqué de minarets à escaliers torsadés

L’ascension de Girnar Hill :

-Jeudi 5/03 : Ce matin, nous attaquons l’ascension de Girnar Hill… Nous nous levons dès 5h du matin. A 5h30, nous prenons un rickshaw qui nous emmène au pied de la colline sacrée.

Le temps de savourer un bon petit tchai avant le départ, et nous voilà prêts à nous joindre aux nombreux pèlerins et nous attaquer aux 10 000 marches qui serpentent le long de la montagne.

 

Girnar Hill

En fait, il y a deux collines

 A environ 6000 marches se dresse un bel ensemble de temples jaïns.  Beaucoup s’arrêtent là…

Ensuite, il y a encore 2000 marches pour arriver à un terre-plein au sommet de la première colline. Puis, il faut descendre mille marches et en remonter mille le long de la deuxième colline pour arriver au sommet. 

Là-haut, se dresse juste une cahute en tôles où se trouve un sanctuaire hindou avec un prêtre. Les gens viennent se faire bénir et déposer des offrandes.

Partout, le long du parcours, il y a des échoppes et des petits sanctuaires, des pierres peintes en orange représentant des idoles…

Le but à atteindre...
10 000 marches à gravir !
Idoles dans la montagne
Les temples jaïns à Girnar Hill

Temples jaïns

Nous nous arrêtons dans un beau temple où beaucoup de pèlerins sont en prière, nous pouvons observer les rituels, assez étranges pour nous.

Les jaïns sont respectueux de toute vie et, donc, purement végétariens. Dans les temples, ils portent souvent une étoffe devant la bouche et balaient le sol devant eux pour n’écraser aucune bestiole.

Leurs temples, souvent en marbre blanc, sont très finement et abondamment sculptés.

 » Hello, dolly »

Des porteurs montent les gens qui le désirent sur des petits sièges suspendus à des perches de bambou, le « dolly » …

Petit à petit, nous arriverons à bout de toutes les marches mais la descente nous semblera infinie ! Il est 14h quand nous arrivons à l’endroit où stationnent les rickshaws. Vite, au restaurant, on a faim et soif… et surtout mal aux jambes ! Nous aurons mal aux mollets encore pendant quatre jours…

Junagadh, la veille au soir de la fête de Holi :

Dans la soirée, nous assistons à la mise à feu des bûchers qui sont dressés à plusieurs endroits dans les rues pour fêter Holi.

La fête commence ce soir pour célébrer la fin de l’hiver.

Les gens tournent autour des bûchers en versant de l’eau par terre. Des jeunes mettent des noix de coco à griller et en offrent la chair à l’assistance, l’ambiance est sympathique et bon enfant. Les gens sont très amicaux.

Dans un coin de rue, un tas de bouses de vache attend la mise à feu
Feu !
Un peu plus loin, c'est un bûcher de paille et de bois
Rituels de Holi à Junagadh

 

Jour de Holi à Junagadh :

-Vendredi 6/03 : Ce matin, c’est la fête des couleurs. Tous les magasins et les banques sont fermés. Les rues n’ont jamais été aussi vides et calmes. Extraordinaire !

Nous qui nous attendions à un déchaînement de gens jetant des poudres et liquides colorés partout, c’est le calme plat.

Seuls quelques groupes d’enfants s’amusent à se couvrir de couleurs…

 

Heureusement, notre restaurant habituel est ouvert !

 

En se promenant dans les rues

Aujourd’hui, elles sont anormalement calmes ( ce qui parait vraiment bizarre, on n’a pas l’habitude de les voir comme ça!).

 

On peut voir beaucoup de vestiges de belles demeures, églises, portes sculptées, etc…

Malheureusement, tout est à l’abandon et dans un très mauvais état.

Le fort

Nous allons nous y balader dans l’après-midi, il est lui aussi dans le même état.

Beaucoup de familles s’y promènent en ce jour férié et s’amusent de nous voir là …

C'est la fête des couleurs !
A Junagadh, le jour de Holi, tout est fermé
Dans les rues de Junagadh

Dans la soirée

Nous nous rendons à notre resto habituel et là, surprise… Le resto est plein ! Il y a une petite foule devant la porte et un gars qui note les noms et le nombre de clients sur un carnet. Ce soir, c’est la fête, tout le monde sort au resto en famille et il y a la queue !

Il nous propose d’aller attendre notre tour à l’étage…

Nous y montons et nous nous retrouvons… dans une salle de classe où plusieurs personnes attendent déjà.

Nous nous asseyons donc à un pupitre devant le tableau où un devoir d’anglais est écrit ! Comme nous ne sommes que deux, nous n’attendrons pas longtemps

En attendant qu'une place se libère au restaurant

Renseignements pratiques :

Hébergement : « Hôtel Relief », Chitta Khana Chowk tél : 0285 2620280 : chambres basiques, avec s.d.b entre 600 et 700rps

Restaurant : « Santoor restaurant », MG Rd, Kalwa Chowk, Shreenath Nagar – très bon restaurant populaire dans cette ville qui n’en a pas beaucoup

 

Fermer le menu