Kanyakumari

Du 27 au 30 Janvier 2019

Depuis Madurai en bus

– Dimanche 27/01 : Tuk-tuk pour la new bus station de Madurai, située à 7 ou 8 kms. Là, nous montons dans un bus qui va bientôt partir pour Nagercoil. Quand nous y arrivons, un bus part immédiatement pour Kanyakumari où nous arrivons à 15h. 

En cours de route, nous traversons des paysages d’étangs, rizières, palmeraies et vers la fin du parcours, des champs d’éoliennes.

Des montagnes déchiquetées marquent les contreforts des Ghats occidentaux qui descendent depuis Mumbai jusqu’à la pointe du Tamil Nadu.


Kanyakumari, c’est l’extrême sud de l’Inde

Là où trois mers se rencontrent et important lieu de pèlerinage. A quelques mètres du rivage, sur deux îlots rocheux, se dressent le monument à la mémoire du philosophe indien Vivekananda et la statue monumentale du poète tamoul Thiruvalluvar.

Vivekananda Memorial et statue du poète tamoul Thiruvalluvar

Notre hôtel à Kanyakumari

Lorsque nous arrivons sur le parking de l’hôtel Sri Devi, situé dans la grande rue qui descend à la mer, il y a plein d’autocars garés là et beaucoup de monde. L’hôtel a aussi, en plus des chambres individuelles, un bâtiment pour héberger les pèlerins et nous sommes en période de pèlerinage, apparemment… Le Sri Devi est de construction récente, moderne et notre chambre est très vaste, claire et confortable… vraiment agréable !

Derrière le temple, se trouve un minuscule ghat

Au moment où nous y arrivons, toute une file d’hommes et de femmes en sortent portant des pots de fleurs dégoulinants d’eau sur la tête. Au milieu des fleurs, une noix de coco et à leur cou, des colliers de fleurs.

Un tambour et un hautbois les accompagne. Le prêtre, tout à coup, lance brutalement une noix de coco à terre (ça surprend!)

Et la procession s’ébranle vers le temple.

Serait-ce pour célébrer le dieu Murugan au moment de Thaipusan ? Je ne sais pas à quoi peut correspondre cette procession. Nous n’avons pas vu d’autres manifestations liés à cette fête… alors ???

Petit déj à l’indienne

– Lundi 28/01 : Il y a plein de bons petits restos populaires ici. Pour notre petit déj, nous irons plusieurs fois au Hari’s hôtel, non loin de notre hôtel.

Comme nous n’aimons pas trop les sauces épicées dès le matin, nous avons trouvé que mettre du sucre sur un parotta faisait un peu comme une crêpe bretonne (en plus épais) et que c’était très bon, accompagné d’un tchaï (au grand étonnement de la serveuse qui ne conçoit pas possible de manger autre chose que les sempiternels chutney coco et sambar)…

Le temple

Nous allons pouvoir, ce matin, visiter le temple où il y a moins de monde qu’hier.

Pour accéder au sanctuaire, il faut s’acquitter de 20rps et les hommes doivent être torse nu, mais ça vaut le coup. La statue de la déesse au fond de son alcôve dorée vous fixe intensément pendant que le prêtre bénit les fidèles (mais photos interdites).

La légende veut que l’éclat du rubis ornant son nez aurait égaré les navires, c’est pourquoi les portes face à la mer restent fermées…

Le long du mur d’enceinte du temple, les dévots flânent en se faisant tirer la bonne aventure par un petit perroquet qui prend la carte décisive dans son bec ou par un liseur des lignes de la main…

Le petit perroquet tire la carte décisive...
Entre se faire lire l'avenir ou savoir son poids, il faut choisir...
Entre se faire lire l'avenir ou savoir son poids, il faut choisir...
Le meilleur moyen de lire son journal quand il y a du vent !
Une bonne façon de lire son journal quand il y a du vent !

En suivant le bord de mer vers l’est

Après l’embarcadère des ferries pour le Vivekananda Memorial, une promenade mène à une jetée en passant par le quartier des pêcheurs. Une petite église catholique syrienne et une catholique romaine, la très grande église blanche “Our Lady of Ramsun”, s’élèvent parmi les petites maisons colorées. Les pêcheurs sont catholiques, ça se voit même sur leurs barques dont la proue est ornée d’une croix et sur les motifs pieux peints sur leurs maisons…

Nous allons jusqu’au bout de la digue faite de gros blocs de rochers…

Il fait très chaud mais la proximité de la mer et le vent marin font du bien.

Les barques de pêche très colorées sont alignées sur les petites plages, malheureusement très sales. Retour à proximité du temple pour déjeuner d’un bon thali au Prasanti hôtel.

Le quartier des pêcheurs
Les barques de pêche sont alignées le long de la plage dominée par la grande église "Our Lady of Ramsun"
Dans le quartier des pêcheurs, les maisons sont très colorées

Gandhi Memorial

Dans l’après-midi, balade au Gandhi Memorial où sont exposées des photos de sa vie et l’urne funéraire contenant une partie de ses cendres, puis nous montons sur la terrasse au-dessus d’où l’on a une belle vue sur le large. A ce moment, se dessine la belle voile bleue d’une barque qui rentre au port…

sur la terrasse du Gandhi Memorial à Kanyakumari

Sunset Point

Nous longeons maintenant le bord de mer vers l’ouest et vers le “sunset point”.

Il faut suivre un terre-plein plutôt déglingué, des tas de gravats et de détritus, comme toujours en Inde. On dirait que, partout, des travaux ont été entrepris, commencés, jamais complètement finis, tout reste en l’état et rien n’est entretenu…
Au “sunset point”, les gens commencent à arriver. En voiture, en moto, en tuk-tuk, ils viennent assister à l’un des spectacles préféré des indiens : le coucher du soleil sur la mer !

Kovalam, village de pêcheurs

Nous continuons le long de la plage qui pourrait être belle mais est très sale, jusqu’à Kovalam, un village de pêcheurs.

Les enfants jouent devant les petites maisons colorées. Les hommes jouent aux cartes ou ravaudent les filets. Les habitations le long de la plage paraissent plutôt pauvres alors que lorsque l’on suit la rue en arrière, elles paraissent plus grandes et plus cossues.

Au "sunset point", les gens attendent le coucher du soleil le long de la grève où s'élève la statue de la vierge
Le petit port de pêche de Kovalam
Les pêcheurs sont très catholiques, ça se voit à leurs barques
maison de pêcheur sur la grève de Kovalam
Le soir tombe à Kovalam

Quand nous retournons vers le sunset point, il y a beaucoup de touristes indiens massés là pour le coucher de soleil.

Mais, ce soir, les nuages vont gâter le spectacle…

Retour à Kanyakumari

Nous continuons notre chemin jusqu’à Kanyakumari. Une belle balade de 8 kms aller/retour.

Quand nous arrivons, la nuit est tombée et les stands sont tous ouverts.

Des pèlerins sortent des bus, certains viennent de très loin, ils nous disent venir du Népal !
Dîner au Vishwa (très bon egg kottu parotta), ce petit restau sera notre préféré ici, nous y reviendrons…

Suchindram

– Mardi 29/01 : Nous hésitons à aller à Padmanabhapuram où il y a un palais de maharajas en bois, parait-il très beau. Mais il est situé à 35kms de Kanyakamari et nous n’avons pas le courage de faire encore toute cette route…

Nous choisissons donc plutôt de prendre un bus pour Suchindram, à seulement 13km…

Le temple de Suchindram

Après 30 mn de trajet, nous arrivons à proximité du grand temple surmonté d’un gopuram haut de 41 m et du bassin. Il est entouré de ghats et de murailles rayées rouge et blanc.

Les vieilles maisons qui dorment autour du bassin forment un ensemble vraiment harmonieux et calme. C’est très joli et nous sommes agréablement surpris de découvrir cet endroit.

Le temple est imposant et très beau, avec ses galeries aux colonnes sculptées.

Une grande statue d’Hanuman

Haute de 5m, elle est couverte de guirlandes de fleurs.

Devant le sanctuaire dédié à la trinité hindoue, une puja a lieu avec les habituels battements de tambour et sonneries de cloches, le chandelier et la flamme touchée par les dévots…

Torse nu de rigueur pour les hommes dans le sanctuaire…

Le temple et le bassin à Suchindram
boutiques autour du bassin
L'entrée du temple

Retour à Kanyakumari

Après une balade dans le village, nous reprenons le bus pour rentrer.

La route suit de nombreuses pièces d’eau couvertes de lotus, des rizières verdoyantes, de grandes cocoteraies et bananeraies.

A 12h30, nous sommes de retour à Kanyakumari où le vent souffle en tempête aujourd’hui.

La mer moutonne fort.  Malgré tout, il fait chaud.

Des pêcheurs viennent de rentrer et débarquent de gros poissons, on dirait des thons et de très gros maquereaux. Ils en vendent directement à la sortie du bateau.

Déjeuner au Viswa (excellent chiken biryani).

Balade vers l’est dans le quartier des pêcheurs

  Une fois passée la grande église Our Lady of Ramsun, nous suivons les rues bordées de maisons colorées et arrivons à une grande école où la fête se prépare. La fanfare des élèves s’entraîne…

Les maisons sont vraiment rigolotes dans le coin !

Un petit temple très kitsch

Nous continuons toujours vers l’est et arrivons à un petit temple dont le gopuram doré émerge au-dessus des toits, encadré de palmiers.

Il scintille dans la lumière de fin d’après-midi, c’est très joli…

En nous approchant, nous découvrons ce petit édifice tout neuf et pimpant, orné d’une kyrielle de statues féminines en tenue plutôt aguichante !

Un petit temple très kitsch...
Un beau gopuram doré émerge dans le soleil
des statuettes très "starlettes"...

Arrivés au bout…

Un ensemble de petits immeubles marquent la fin du quartier.  Nous aboutissons à un muret qui les sépare de la plage où la mer fait de gros rouleaux.

Des gens sont en train de nettoyer et poncer de gros coquillages. Ce sont des conques qui se vendent dans les stands de souvenirs près du temple et servent d’objets rituels. Un homme nous montre comment souffler dedans…

Nettoyage et...
Ponçage de conques
 
 
Impossible d’aller plus loin, il nous faut faire demi-tour

 Ce fut une balade bien tranquille dans des rues calmes loin de la foule…
Il n’y a plus qu’à revenir à Kanayakumari par le même chemin.

Après un bon banana lassi, nous assistons une fois de plus au coucher du soleil en compagnie de la foule fascinée par ce spectacle.


Nous avons bien aimé notre séjour à Kanyakumari, une petite ville accueillante à l’atmosphère détendue et loin de l’agitation des grandes cités poussiéreuses et embouteillées…

La barbe à papa, en Inde, se vend en petits sachets...

Renseignements pratiques :

  Pour venir de Madurai en bus local, il faut changer à Nagercoil : Bus Nagercoil : 220rps/pers + bus Kanyakumari : 22rps/pers

Hébergement : Nous avions téléphoné avant-hier pour réserver une chambre mais les 3 ou 4 hôtels où nous avons appelé étaient tous “full”… Nous commencions à désespérer d’en trouver un quand, au “Sri Devi”, on nous répond enfin qu’il y a une chambre AC disponible à 1300rps. Ouf ! Très belle chambre, très claire et confortable, à 5 mn de la mer et du temple. “Sri Devi hôtel” , Main road, tél : 099 448 39 878

Restaurants : il y en a plein mais c’est le Viswa qui a eu notre préférence, situé tout en bas de Main road,  la rue qui descend à la mer

Fermer le menu