Krujë, Elbasan

Citadelle de Krujë
Citadelle de Krujë

Le GPS nous entraîne sur une piste caillouteuse

Mercredi 19/09/2018 : Nous prenons la route vers Krujë mais le GPS, au lieu de nous faire prendre les grands axes, nous entraîne sur une piste caillouteuse de plus en plus défoncée. Au bout de quelques kms, nous faisons demi-tour. Un monsieur bien aimable nous indique la bonne route…

Il faut traverser le centre-ville plutôt encombré

Et nous arrivons enfin à Krujë, ville construite sur les flancs d’une colline et donc aux rues étroites et escarpées.

La Citadelle, comme il se doit, se trouve au sommet. Pour l’atteindre, il faut traverser le centre-ville plutôt encombré à cette heure.

Nous nous heurtons à une rue en travaux… barrée ! Mais comme aucun panneau ne l’indiquait, il faut faire reculer tous les véhicules qui s’y étaient engagés pour pouvoir faire demi-tour. Quel bazar !

Se garer près de la citadelle n’est pas une mince affaire

Une fois arrivés là-haut, il faut trouver une place dans un des petits parkings privés et payants… Ce qui n’est pas vraiment facile car il y a là beaucoup de bus de tourisme et de véhicules en tous genres…

Dans les ruelles de la Citadelle

Il est 11h30 et il fait très chaud…Enfin, nous nous promenons dans les vieilles ruelles de la Citadelle…

Nous allons jusqu’au joli “tekké Dollma”, lieu de culte bektachi (un ordre religieux dérivé du soufisme) renfermant des tombeaux…

Puis visite du Musée Ethnographique situé dans une belle maison ottomane.

Dans la Citadelle de Krujë, le Tekke Dollma
Plafond du Tekke Dollma
Tombeaux dans leTekke Dollma
Musée Ethnographique de Krujë
Fresque décorative dans un intérieur
Intérieur de maison ottomane

 

 

 

Petit tour dans le vieux bazar au pied de la Citadelle…

Krujë est une ville touristique, ça se ressent…

Simple effleurement de la capitale… et un bel embouteillage !

Nous reprenons la route, en direction de Tirana. Après la traversée des faubourgs de la capitale, nous empruntons la belle route vers Elbasan, bien indiquée.

Mais bientôt, la route est barrée. Il faut tourner à gauche, des voitures font demi-tour, d’autres se retrouvent en travers de la route, ce qui crée un énorme embouteillage ou chacun veut avancer le premier sans se préoccuper s’il bloque la circulation. Les albanais conduisent vraiment n’importe comment !

Une jolie petite église très difficile à atteindre !

Enfin, nous réussissons à passer et arrivons à Elbasan. Mais, nous ne nous y arrêtons pas (nous reviendrons demain mais, ça, ce n’était pas prévu)…

Nous voulons continuer la route vers le lac d’Orhid…

Mais, avant, le “Petit fûté” recommande d’aller voir l’église St Nicolas de Shelcan, à qui il accorde 3 étoiles.

Il y est dit qu’elle renferme des fresques réalisées par Onufri, le grand peintre albanais du XVIème, célèbre pour ses icônes colorées.

Dans le guide, il est mentionné que cette église se trouve à 12kms d’Elbasan mais ce qu’il ne mentionne pas, c’est que le hameau de Shelcan est très difficile à trouver (nous avons demandé à une multitude de gens tout le long de la route)…

Mais, surtout, très difficile d’accès.

Un hameau qui ressemble à un groupe de fermes et la rue à une piste caillouteuse !

Une piste caillouteuse, défoncée, étroite, grimpe raide jusqu’au hameau qui ressemble plus à un groupe de fermes qu’à un village.

Nous avons le malheur de nous engager là avec le fourgon… Après avoir réussi à nous faufiler dans une encoignure de chemin, nous stationnons là…

Bientôt, nous voilà devant la minuscule église qui semble fermée … Quelle déconvenue !

Le voisin vient nous ouvrir l’église

Heureusement, un petit monsieur, dès qu’il nous aperçoit, vient nous ouvrir et nous fait visiter en détails cette petite église…

Elle renferme, il est vrai, de bien belles fresques…

Eglise St Nicolas de Shelcan
A l'intérieur de l'église
Fresques de St Nicolas de Shelcan
Eglise St Nicolas de Shelcan
Eglise St Nicolas de Shelcan

On s’en souviendra de la petite église de Shelcan !

Au moment de partir, impossible de sortir le fourgon du recoin où il était garé et nous abimons la porte coulissante contre un piquet de clôture…On s’en souviendra des bons plans du Petit Futé !!!

Notre bivouac

Avec tout ça, il est trop tard pour continuer. Nous faisons demi-tour vers Elbasan et trouvons un coin en bordure de la petite route pour y passer la nuit.

De là, on surplombe la campagne alentour… Paysage bucolique de fermes et champs cultivés…  Une journée bien galère quand même !

Visite de la citadelle d’Elbasan

Jeudi 20/09 : Comme nous devons repasser par Elbasan, autant s’y arrêter pour visiter la citadelle.

Celle-ci ne se trouve pas sur le sommet d’une colline mais dans la ville elle-même.

Elle ne présente pas beaucoup d’intérêt.

Nous y voyons la mosquée du Roi, l’église, la tour de l’horloge. Pas beaucoup de vieilles maisons, beaucoup de constructions sans style et pour la plupart, comme toujours, pas terminées…

Pas beaucoup d’intérêt donc pour les bâtiments mais des gens très gentils. Ils ont envie de nous parler, intrigués de voir des visiteurs dans cette ville peu fréquentée par les touristes…

C’est ça le plus intéressant, finalement et c’est ce que nous aimons dans les voyages…

Dans la citadelle d'Elbasan
Fermer le menu