Kushalnagar et Bylakuppe

Du 8 au 9 février 2019

Arrivée à Kushalnagar

– Vendredi 8/02 : Nous nous rendons de bon matin à la gare routière de Mysore où nous n’aurons pas à attendre longtemps. Un bus part à 8h15 pour Kushalnagar.

Nous y arrivons à 10h30 et nous nous rendons au Soan’s hôtel que nous avions remarqué sur internet. On nous y propose une chambre double tout à fait correcte avec ventilo et eau chaude.

Bus pour Bylakuppe

Une fois installés, nous reprenons le bus dans le sens d’où nous venons d’arriver, (c’est-à-dire la route vers Mysore) pour aller à 5kms d’ici, à Bylakuppe. 

C’est là que se trouve une importante communauté de réfugiés tibétains. Fondé en 1961, ce fut l’un des premiers camps de réfugiés installé en Inde du sud pour accueillir les tibétains.

Plus de 10 000 tibétains vivraient ici, d’après le Lonely Planet (dont 3000 moines).

Pour loger la nuit à Bylakuppe, il faut avoir un permis spécial, c’est pourquoi nous logeons à Kushalnagar, la ville la plus proche.

En fait, pour aller au grand temple d’or, il faut descendre à Koppa. Là où nous laisse le bus n’est qu’une suite de petits stands au bord de la route avec des abords plutôt très sales

Le monastère de Namdroling

C’est dans ce monastère que se trouvent le temple d’or et le temple de Zangdogpahi. Il se situe à 2,5kms de Koppa…

Nous prenons un tuk-tuk pour aller jusqu’au monastère.

Quand nous y arrivons, il n’y a presque personne, tout est calme dans le temple. Nous retrouvons les décors exubérants des temples bouddhistes. Dorures, peintures multicolores, et trois grandes statues plaquées or du Bouddha.

Les temples sont entourés de beaux jardins bien entretenus…

Le temple d'or du monastère de Namdroling
A l'intérieur du temple d'or

 

Déjeuner près du monastère

Nous déjeunons de momos et soupe de nouilles au resto Malaya, en face du monastère. Pour changer des thalis et dosas !  Puis retour au temple.

Dans le Temple d’Or

Des familles indiennes et même des écoliers, arrivent par cars entiers. Il y a énormément de monde (des indiens) qui vient visiter le temple et s’en est fini du calme malgré les panneaux enjoignant les gens à garder le silence !

Il y a quelques jours, c’était le Nouvel an tibétain et peut-être que, de ce fait, le temple était fermé aux indiens pendant les cérémonies, ce qui expliquerait l’afflux de visiteurs aujourd’hui…

 

Fatigué par les festivités du Nouvel An ?

Visite de deux autres monastères

Nous prenons ensuite un tuk-tuk pour visiter celui de Sera et celui appelé le “second Tashilhunpo”. 

Le Dalaï lama y a établi le double du monastère d’origine et où le 10ème panchem-lama est particulièrement vénéré.

Le Panchen-lama

Il est le deuxième plus haut chef spirituel du bouddhisme tibétain. La lignée des panchen-lama est une lignée de réincarnation importante dans l’histoire du Tibet, abbés du monastère de Tashilhunpo.

Une bonne partie du monastère de Tashilhunpo, au Tibet, fut détruite par la Chine en 1960, ses moines envoyés en camp de travail “…

En 95, les autorités chinoises avait refusé le choix du Dalaï Lama portant sur la réincarnation du panchen lama en la personne d’un enfant de 6 ans. Emmené de chez lui par les autorités, ce 11e panchen lama a disparu.

“Occupant une position centrale dans le camp de réfugiés tibétains de Bylakuppe le monastère en Inde héberge plus de 250 moines dont de nombreux tulkous (réincarnations d’un maître disparu).

Ils viennent du Tibet et des régions himalayennes du Spiti, Khunu, Ladakh, Ghashar et Sangkhar.

Le monastère déclare donner une éducation de la religion bouddhiste ainsi qu’une éducation moderne et avoir un rôle vital dans la préservation de bouddhisme”.


Les bâtiments servant à l’habitation des moines, écoles et universités monastiques sont de taille imposante et très nombreux…

 

Quand nous visitons ces monastères, il n’y a personne, les moines étant en congé après les fêtes du Nouvel an, pas de cérémonie aujourd’hui, donc… Dommage, nous en avions vues de très belles au monastère du dalaï lama à Mac Leod Ganj (voir Inde 2015)

A l'intérieur du monastère de Sera
Le "second Tashi Lumpo"

Retour et soirée à Kushalnagar

Le conducteur du tuk-tuk nous propose de nous ramener à Kuchalnagar.

Pour finir la journée, une balade dans les rues de ce petit bourg n’est pas désagréable.

Il y a plein de moines tibétains partout, plusieurs étant venus pour le Nouvel an. Ils font des emplettes dans les boutiques et dînent dans les restos du coin.

Nous allons au “Family restaurant” pour dîner et, comme l’endroit est sympa, nous y reviendrons demain matin pour le petit-déj… il est situé tout près de la gare routière, ce qui sera pratique…

Renseignements pratiques :

 Hébergement : “Soan’s hôtel” à Kushalnagar, chambre double très bien à 800rps (non AC)

Bons restaurants : près du temple d’or, le restaurant tibétain “Malaya” (face au monastère) et à Kushalnagar , “Family restaurant” près de la gare routière

Pour aller au monastère de Namdroling, descendre du bus à Koppa puis tuk-tuk.

Pour les autres monastères, très éloignés les uns des autres, il faut négocier avec un chauffeur de tuk-tuk (il y en a toujours près du temple d’or)… Perso, nous avions négocié qu’il nous emmène au monastère de Sera, puis au monastère de Tashi Lumpo plus nous reconduire à Kushalnagar pour 300rps en tout.

Fermer le menu