La Cappadoce

– Mercredi 29/9/10 :

Nous prenons la direction de Kahramanmaras

La grande spécialité de cette ville est la délicieuse glace fouettée. Réputée dans toute la Turquie, nous avions déjà eu le plaisir d’en déguster à Istanbul…

Ensuite, il faut rouler, rouler et encore rouler avec, tout de même, quelques haltes pour pique-niquer et photographier les ombres des nuages, pour atteindre enfin la Cappadoce à Kayseri…

Notre étape nuit

… Puis Çavusin, où nous arrivons vers 17h30…

Près d’un ranch qui organise des balades à cheval, nous trouvons un beau terrain entouré de cheminées de fées où nous serons très bien pour la nuit…

En fait,  demain matin, nous nous apercevrons que nous sommes garés tout près de l’endroit d’où décollent toutes les montgolfières. 

C’est devenu une attraction très prisée des nombreux touristes visitant la Cappadoce.

Dès l'aube, nous avons droit à un spectacle féérique...

– Jeudi 30/9/10 :

  Göreme

C’est le cœur de la Cappadoce… Là où se trouvent les plus belles églises rupestres de la région dont l’intérêt tient autant à l’originalité de leur construction, creusées dans la roche, qu’à celle de leurs fresques… Évidemment,  il y a beaucoup de visiteurs !

Ce complexe d'églises et monastères rupestres fut occupé par une vingtaine de moines byzantins
Ces églises renferment des fresques représentant des scènes bibliques
Cette décoration à l'ocre rouge est typique de période iconoclaste

Autour de Göreme, se trouvent plusieurs belles vallées comme :

La Vallée du Pacha aux magnifiques cheminées de fées…

On dirait vraiment d'immenses champignons !
... Ou des lutins serrés en groupe sur leur rocher !

Des moines avaient établi leur refuge en haut des cheminées. Ces ermites creusaient la partie friable sous le chapeau, à plus de 10 m du sol…

Et la Vallée du Devrent, aux belles nuances de rose, vert et ocre...

– Vendredi 1/10/10 :

Au réveil, nous sommes environnés de ballons multicolores…

Il en sort de partout... Spectacle magique !
Pousse-toi, laisse-moi passer !
Décollage immédiat ...
Ça y est, c'est parti !
En route pour la lune !
Sérénité du jour qui se lève ...
Au revoir ...

 Uçhisar

Ce vieux village aux habitations troglodytiques, est dominé par un piton de tuf aux parois criblées de cavités, le “château d’Uçhisar“.

Citadelle naturelle, on y accède par des petits chemins tortueux. En haut, la vue est magnifique…

Uçhisar s'étale au pied de sa citadelle
La citadelle d'Uçhisar est un piton rocheux d'origine volcanique troué d'une multitude de tunnels et cavités
De là-haut, on a vue sur toute une belle collection de bonnets pointus !
Les maisons du vieux village troglodytique d'Uçhisar ressemblent un peu à des maisons de schtroumfs ...
Architectures dignes de l'imagination gaudienne !

La ville souterraine de Derinkuyu

Les premiers chrétiens s’y réfugiaient en cas d’attaque par les armées perses ou arabes. Elle pouvait abriter 10 000 personnes et comportait de très nombreux étages. On peut en visiter huit, et c’est déjà pas mal (il ne faut pas être claustrophobe).

Ce ne sont que galeries, boyaux, cavités souterraines (pas très photogénique, tout ça !) La profondeur atteindrait 85 m.

C’est assez extraordinaire de penser que tant de gens pouvaient vivre là plusieurs mois d’affilé, avec leurs animaux, en cas de danger.

 

L’après-midi, belle rando à pied dans la Vallée de la Rose

Cette vallée est située près de l’endroit où nous bivouaquons. Nous partons donc à pied…

Nous cheminons dans des petits sentiers étroits et sous des tunnels taillés par d’anciens cours d’eau.

Le paysage est superbe. L’érosion a sculpté des formes extraordinaires dans la roche calcaire tendre. Parmi toutes ces roches, poussent des vignes et des abricotiers.

Plusieurs cavités sont creusées en haut des falaises, parfois ornées de motifs géométriques, ce sont apparemment des pigeonniers…

Il ne reste pas grand-chose de ce qui devait être une église rupestre...
Sculptures naturelles
La roche est érodée par d'anciens cours d'eau, ce qui forme des passages étroits
Des pigeonniers sont creusés dans la falaise

– Samedi 2/10/10 :

Encore des ballons... Comme tous les matins !

Nous partons pour la Vallée d’Ihlara

Après Nevsehir, nous réussissons à nous garer à Belisirma. Dans ce petit village installé au fond d’une gorge au bord d’une rivière, les rues sont plutôt étroites…

Après avoir admiré l’Ala Kilise, en haut du village, avec le pressoir à huile ottoman, nous descendons à travers les petits jardins potagers jusqu’à la rive.  Nous la suivons jusque dans une clairière entourée de gorges aux parois très hautes… Jolie balade…

Déjeuner au bord de l’eau

Revenus à Belisirma, nous déjeunons dans un petit restaurant aux tables installées au bord de l’eau.

L’endroit est bucolique…

Ala Kilisi à Belisirma, église troglodytique
Elle contient quelques restes de fresques ...
et un pressoir à huile
On aperçoit l'entrée d'une église troglodytique au pied de la falaise
Dans la vallée d'Ihlara ... Un décor "cappadocien"
Balade le long de la rivière Melendiz Suyu
Le canyon profond est tapissé d'arbres et d'églises creusées dans le calcaire de la falaise

A Güzelyurt, des maisons grecques …

 Avant l’échange de populations (en 1923/24), le petit village de Güzelyurt était peuplé d’un millier de familles grecques ottomanes et d’une cinquantaine de familles turques…. Ce qui explique la présence de ces anciennes maisons grecques aux frontons sculptés.

Une maison grecque à la façade ornée de sculptures
Le village de Güzelyurt possède un vieux bourg composé de maisons creusées dans la falaise
Une église au milieu des champs

Nous reprenons la route dans la montagne jusqu’à l’église Rouge, Kizil Kilise, l’une des plus anciennes de Cappadoce, plantée au milieu des champs, dans un cirque naturel.

Cette pauvre église est en bien piteux état, mais elle sert de lieu de rendez-vous aux amoureux…

La pauvre église rouge est en piteux état ...
Un couple d'amoureux

Notre étape nuit

Il faut maintenant trouver un coin pour la nuit.

Retour à Güzelyurt … Nous montons à la Yüksek Kilise, “l’église Haute”, perchée sur un piton rocheux surplombant le lac.

Là-haut, il y a un monastère  du XIXe s. À son pied, un terre-plein va nous accueillir pour cette nuit. Nous avons une très belle vue de là-haut…

Il était temps d’arriver, le vent se lève et il se met à pleuvoir fort…

Tout à coup, voilà une voiture qui monte jusqu’à nous…

C’est la police : “Zut, que veulent-ils? Peut-être vont-ils nous dire de partir de là?” Mais non, pas du tout, ils venaient juste voir qui était là… Après un petit bonjour, ils sont repartis…

Et nous avons passé une bonne nuit, bien tranquilles sur notre promontoire…

L'église haute, Yüksek Kilise, est perchée sur un rocher dominant le lac de Güzelyurt
De là-haut, on a une belle vue sur le lac et la vallée
Face à nous, un paysan rentre ses vaches en cheminant dans la falaise...
Depuis notre promontoire, nous avons une très belle vue sur le Mont Hasan (3 268 m)
Fermer le menu