Sanliurfa, Nemrut Dagi

En route pour Sanliurfa

– Lundi 27/9/10 : C’est avec une certaine angoisse que nous nous lançons sur la route de Sanliurfa… Le camion va-t-il tenir jusque là? (voir article précédent)

Nous longeons de nouveau des immensités couvertes de cailloux, puis des champs de coton. En arrivant à Sanliurfa, nous nous rendons à l’endroit où se trouve le concessionnaire Fiat.

Une réparation rondement menée !

Dès notre arrivée, ils s’occupent du camion, et une heure après, le temps de boire quelques thés, tout est réparé. Génial ! Nous payons 100TL et nous pouvons aller visiter un peu cette ville sainte.

Le Gölbasi

  Il fait encore très chaud mais heureusement le magnifique jardin du Gölbasi est un havre de fraîcheur…

C’est un important centre de pèlerinage … Deux bassins peuplés de grosses carpes sacrées et de beaux massifs de fleurs forment un écrin pour un ensemble de mosquées et sanctuaires au pied de la forteresse médiévale.

La citadelle trône sur la colline de Damlacik d'où Abraham aurait été projeté dans les airs ! Les deux colonnes ont été surnommées "le trône de Nemrut", nom du roi biblique fondateur supposé d'Urfa
Le bassin appelé "Balikli Göl", où se trouvent les carpes sacrées, est bordé par un ensemble de mosquées et sanctuaires
Vendeur de nourriture pour les grosses carpes du bassin ...
Roseraie et jardins entourent agréablement les mosquées et bassins
Sanctuaire du Dergah
Cour à arcades
Moment détente au jardin de thé, près du bassin
Pavillon reconverti en échoppe de vêtements ...

A côté, s’étend le bazar

Plein de toutes sortes de marchandises odorantes et colorées, il est très animé.

Du fait de sa proximité avec la Syrie, Sanliurfa présente un caractère très moyen-oriental.

On y voit beaucoup de femmes voilées jusqu’aux yeux.

Dans le bazar, des épices odorantes et colorées

Nous retraversons la ville au trafic routier assez anarchique et reprenons la même route que ce matin… 

Retour à Siverek pour continuer vers le Nemrut Dagi
Le long de la route, nous retrouvons les paysages arides et caillouteux...

Il faut prendre un ferry pour traverser un bras de l’Euphrate

Le paysage durant la traversée (20mn) , baigné de lumière en cette fin de journée, est vraiment beau…

Un ferry pour traverser l'Euphrate

 

Une fois débarqués, nous empruntons la route de Kahta qui serpente dans la montagne.

Notre étape nuit

Comme d’habitude, il faut trouver un endroit pour la nuit…

En tournant dans un petit chemin, on aboutit à un minuscule village. 

Les habitants à qui l’on demande si l’on peut se garer là, nous répondent : “no problem, no problem”…

Nous voilà bientôt tranquillement installés dans un paysage champêtre au pied de collines plantées d’oliviers et de vignes.

– Mardi 28/9/10 : Après une nuit bien calme …

Nous prenons la route vers le Nemrut Dagi

Une fois traversé le village en bas du mont, nous nous lançons à l’assaut du sommet… Et ça grimpe fort ! le moteur commence à chauffer… D’autant plus que nous sommes quatre à bord. Nous avons rencontré en cours de route deux jeunes sympathiques auto-stoppeurs (un français et un américain)…

A mi-chemin, il faut s’acquitter du droit d’entrée : 6TL/pers.

Une fois arrivés au parking, nous finissons l’ascension à pied.

Le paysage est absolument grandiose.

La route serpente en pente raide jusqu'au parking ... Ensuite, il faut continuer à pied
Ça grimpe !

Au sommet du mont Nemrut

  À 2 200m d’altitude, le roi Antiochos 1er se fit ensevelir là il y a plus de 2000 ans, pour reposer au plus près des dieux.

De chaque côté du tumulus, sont posés les trônes des dieux. Leurs têtes colossales gisent au sol suite à un tremblement de terre…  Impressionnant !

Magnifique !

Absolument superbe…

Ensuite, c'est le pique-nique dans la montagne, dans un décor  d'une beauté sauvage ...

 En partant, nous nous arrêtons au tumulus de Karakus

Il ne reste que quelques colonnes de ce lieu de sépulture de parents du roi Mithridate II
Vue depuis le tumulus de Karakus
Un aigle surmonte une des colonnes

Nous traversons Adiyaman, ville assez importante…

Ensuite, c’est un peu galère pour dénicher un endroit pour se garer car la route est pleine d’énormes travaux : poussière, goudronnage, bas-côtés défoncés…

Notre étape nuit

Enfin, nous finissons par trouver une petite route gravillonnée qui grimpe sur une colline. 

Là, nous trouvons bientôt un champ accueillant pour passer la nuit ! … Une tortue est en train de traverser la route… L’endroit  paraît bien tranquille…

Nous avons une vue magnifique du haut de la colline… Un berger rentre son troupeau, un agriculteur met le raisin à sécher sur le toit plat de sa maison…

Il y a beaucoup de vigne par ici et le raisin sec est délicieux, on en trouve souvent à vendre au bord des routes …

Notre lieu de bivouac
L'horizon se teinte de mauve ...
Fermer le menu