La piste du Sud : Itampolo

– Samedi 18/10/2008 :

Ce matin, ça y est, c’est le départ pour la « Terrrrible Piste du Sud » dont nous avons tant entendu parler !

Nous avions réservé à l’avance notre hébergement dans nos trois lieux d’étapes car il n’y a pas beaucoup de possibilités de logement et ravitaillement tout le long de cette piste. Même si nous n’y avons pas rencontré grand-monde, nous nous retrouvions tous aux mêmes endroits, le soir (essentiellement un groupe d’italiens que nous avons été bien contents de trouver en cours de route)…

Sur le toit du 4X4, il y a la réserve d’essence et, dans le coffre des bouteilles d’eau pour le moteur !… et pour la soif…

Plusieurs fois, nous devons nous arrêter pour remettre de l'eau dans le moteur qui chauffe...

Les magnifiques tombeaux des peuples du sud

Nous arrivons dans la région des Mahafaly, groupe ethnique qui partage avec les Antandroys (« ceux des épines ») la tradition des grands tombeaux.

D’un coût très élevé, ils font preuve d’une grande imagination dans le décor.

Ce sont de grandes constructions rectangulaires dont les parois sont décorées de peintures naïves et de sculptures en béton peint.

Quelquefois, de grandes pierres levées sont fixées contre deux parois opposées (caractérisant les tombeaux des Antandroys) 

Sur les tombeaux sont placées les cornes des zébus sacrifiés lors des funérailles
La date de la mort du défunt y est inscrite ainsi que, parfois, le coût du tombeau !
Des scènes naïves en ornent les parois
"Air Madagascar"
"2ème adjoint maire d'Itampolo"
Les sculptures en béton sont en rapport avec l'importance du défunt ! Ici, un avion prêt à décoller vers le ciel !
Les "aloalo", totems en bois, sculptés et peints, se dressent parmi les cornes de zébus. Ils sont orientés à l'est... On peut y voir aussi des sculptures naïves en béton peint

Des funérailles ruineuses

Chaque tombeau ne renferme qu’un seul défunt. La construction du monument est précédée de grandes funérailles pouvant durer plusieurs mois, avec sacrifice de tous les zébus du défunt, dont les cornes ornent le tombeau…

Ces rituels onéreux contrastent avec la grande pauvreté des habitants. La vie après la mort a bien plus de valeur que la vie terrestre pour les malgaches.

Les aloalo

Au début,  sur ces totems ne figuraient que des zébus et des ibis. Désormais, en plus de leurs motifs géométriques, les statuettes représentent des scènes de la vie courante, ou ayant trait à la personnalité du mort.

Les aloalo sont considérés comme des intermédiaires entre les vivants et les morts.
Étant sculptés par des artistes de renom, ils coûtent très cher (1 à 2 zébus pièce)

Ces tombeaux sont des lieux sacrés

Il ne faut pas rester trop longtemps autour ni les photographier de façon trop ostensible…

Nous en verrons beaucoup tout le long du parcours, tous différents les uns des autres… Ils sont vraiment très beaux.

Voilà la mer !

Itampolo

Nous arrivons dans ce coin de paradis vers 11h30.

Les bungalows « Chez Alan » donnent sur la plage en dominant la mer du haut de la dune.

Cet endroit est superbe …

La plage d'Itampolo
"Chez Alan", la salle de restaurant
Notre bungalow au-dessus de la plage
Les hommes rentrent de la pêche
Le soir, les filets verts et bleus sont étalés près des pirogues sur la plage...

Mais, nous n’aurons pas le temps de nous attarder dans ce coin de paradis…

Demain matin, ce sera de nouveau le départ ….

Rencontres sur la piste ...
Fermer le menu