Les Tsingy de Bemaraha, Morondave

  • Retour Madagascar 2008
  • Une rubrique renseignements pratiques se trouve en bas de page

– Vendredi 26/09/2008 : Le Parc National des Tsingy de Bemaraha, unique au monde, est classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco.

Ce sont de spectaculaires formations karstiques en forme d’aiguilles, datant d’il y a 200 millions d’années. 

Le plateau de Bemaraha était alors recouvert par la mer… les coquillages et coraux morts se sont soudés entre eux, formant des couches successives au cours des âges. Le plateau calcaire commença ensuite à émerger. La roche calcaire a séché et s’est fissurée provoquant la création de canyons… Enfin, l’érosion de la pluie a formé les arêtes acérées appelées “tsingy” en malgache.

Pour y accéder, nous devons d’abord nous acquitter du droit de guidage et de l’entrée au bureau de l’ANGAP (l’Office qui gère les Parcs nationaux)

Il y a les grands et les petits Tsingy

Les petits d’abord …

Des palmiers de Madagascar et autres végétaux s'épanouissent parmi les pics calcaires
Les "pachypodium", ou "pieds d'éléphant" prennent ici la forme d'arbres-bouteilles

Après avoir traversé un labyrinthe entre les pics rocheux, on monte en haut par des échelles…

Parmi les pics, poussent d’étranges végétaux.  Madagascar est dotée d’une flore endémique particulièrement variée.

Nous nous faufilons dans des couloirs entres les pics karstiques
... puis, on grimpe par échelles et passerelles
Ce petit hibou n'a pas l'air très content d'avoir été réveillé !

L’après-midi, sus aux grands Tsingy

Pour cela, il faut prendre le 4X4 et faire 17km de piste caillouteuse sous le soleil de plomb.

Puis, nous traversons la forêt primaire où nous avons la joie d’apercevoir des familles de grands lémuriens, très beaux…

Ce sont des “sifakas” ou “lémuriens danseurs”

Il y a une mère avec son petit sur le dos. Ils sont magnifiques !

Ce sont des "sifakas"
La forêt est peuplée de superbes grands lémuriens
Vraiment magnifique !

Arrivés en bas des Tsingy, nous nous équipons de baudriers munis de mousquetons.

Il faut se faufiler dans des grottes, et ensuite, commencer l’ascension vers le toit des Tsingy…

…jusqu’au-dessus de la forêt de pics acérés où poussent les arbres appelés “vahazas”. Le mot “vahaza” veut dire les blancs (c’est-à-dire nous) et ces sortes d’épineux sont appelés ainsi parce qu’ils pèlent, comme les blancs après un coup de soleil !!!

Sur le toit des Tsingy
Après le belvédère aménagé, nous traversons le pont suspendu...
...puis il faut descendre en escalade. Il y a quelques passages escarpés parmi les pics coupants...
Paysage étrange que celui-là !

Arrivés en bas, nous sommes de nouveau dans la forêt où nous rencontrons d’autres lémuriens, des bruns cette fois-ci…

Puis, il faut reprendre la piste cahoteuse jusqu’à l’hôtel…

Dans la forêt, rencontre avec d'autres lémuriens mais impossible de les photographier. Ils sont trop timides !
... Puis de nouveau la piste ...

– Samedi 27/09/2008 : Aujourd’hui, nous nous mettons en route de bonne heure …

 Afin d’arriver à Morondava et sa célèbre allée de baobabs pour le coucher du soleil…

Mais avant, il faut subir 7 heures de piste, de traversées de rivières et de route (nationale) complètement défoncée.

D'abord, le bac sur la rivière Manambolo
... Puis la piste ...
... Un village traversé ...
Il faut franchir une nouvelle fois la Tsiribihina !
Nous passons devant de grands tombeaux ...
... apparemment catholiques

 Nous faisons quelques haltes en cours de route :

au site du baobab sacré, un arbre très vieux, énorme…

et à celui des baobabs amoureux, deux arbres étroitement enlacés…

Le baobab sacré
... et sa large ramure
Baobabs amoureux !

Nous arrivons vers 18h à la célébrissime allée de baobabs, où il y a, bien sûr, beaucoup de monde venu pour faire des photos…

Située à 22kms de Morondava, cette allée majestueuse est le  site le plus photographié de tout Madagascar…

Cette région est un peu le jardin aux baobabs de Madagascar (qui en possède sept variétés)

Cette allée majestueuse est le site le plus photographié de Madagascar !
Il faut dire qu'elle est photogénique ...

Pour rejoindre Morondava, il faut encore se taper une heure de route pleine de nids de poules et la circulation intense en ville à cette heure.

À Morondava, près du canal qui rejoint la mer

Renseignements pratiques :

Hébergements :

À Bekopaka (Tsingy), nous logeons à l’hôtel “le Tanancoay” qui comprend, entre autres, des petits bungalows confortables avec sanitaires, entourés d’un jardin botanique. Il ya plusieurs catégories d’hébergements.  Le restaurant se tient dans un grand bâtiment en bois. Les patrons sont très sympas.

À  Morondava, nous logeons à l’hôtel Trecigogne ( il y a beaucoup de monde). Le dîner est servi sur une terrasse sur pilotis au-dessus du canal qui va à la mer, toute proche…

Fermer le menu